Etats des lieux des violences conjugales auprès des micro-entrepreneurs à Madagascar

À Madagascar, la violence domestique reste un problème répandu, exacerbé par des tensions financières et les normes de genre, et parfois par les programmes eux-mêmes. L’enquête baseline pour cette étude, menée en mai 2022 auprès de 2.000 micro-entrepreneurs à Madagascar a mis en lumière une perception d’une prévalence significative de violence domestique au sein de cette population. Ceci semble résulter de la normalisation des violences notamment en raison de la négligence supposée des enfants ou la désobéissance au mari.

Microcrédit et violences conjugales : quels liens ?

Les femmes bénéficiaires de microcrédit représentent une population potentiellement plus résistante à la violence domestique, soit par auto-sélection (ces femmes sont au départ plus autonomes), soit parce que les prêts diminuent le stress au sein des ménages et augmentent l’autonomie financière des femmes, ce qui peut conduire à une diminution de la violence domestique.

Cependant, l’octroi de microcrédits peut entraîner des conflits au sein du ménage. Dans les sociétés où la violence est tolérée socialement et les rôles traditionnels des sexes profondément enracinés, l’indépendance financière des femmes peut intensifier les tensions et déclencher des actes violents, les hommes cherchant à rétablir leur supposée autorité. La nouvelle activité économique de la femme, peut également entraîner des conflits au sein des ménages liés à la garde des enfants et au travail domestique. La coercition économique, caractérisée par la surveillance et les restrictions des activités économiques et des ressources des femmes, constitue une autre forme de violence. De plus, la pression liée aux remboursements de prêts peut exercer des contraintes sur les relations au sein des couples.

Néanmoins, les preuves empiriques sur l’impact de la participation économique des femmes sur la violence domestique sont mitigées, certaines études montrant une augmentation de la probabilité de violence, tandis que d’autres n’observent aucun effet significatif.

Attitudes face aux violences conjugales au sein des micro-entrepreneurs

« 20% des femmes et 16% des hommes estiment que la violence est justifiée quand la femme néglige les enfants »

Dans une enquête de référence réalisée en mai 2022 auprès de 2 000 micro-entrepreneurs dans les régions d’Itasy et Vakinankaratra, nous avons interrogé à la fois les hommes et les femmes sur leur perception de la prévalence de la violence domestique. Les résultats montrent que la violence domestique au sein des ménages de microentrepreneurs est perçue comme très répandue. Par exemple, 50 % des femmes estiment qu’une avec la même situation qu’elle qui serait entrepreneuse, pourrait être confrontée à des cris et des disputes au sein de son ménage, tandis que 37 % pensent qu’elle pourrait être physiquement maltraitée par son mari. 45% des femmes interrogées pensent que cette femme n’aurait pas d’expériences avec la violence domestique, sous quelque forme que ce soit. Ces proportions sont sensiblement identiques pour les hommes répondants, suggérant que leur vision de l’expérience des femmes entrepreneures est similaire à celle des femmes répondantes.  La perception de la prévalence de la violence dans note échantillon de micro-entrepreneurs se rapproche des taux de violence déclarés pour toutes les femmes dans ces mêmes régions (enquête Multiple Indicator Cluster Survey, 2018).

Lorsque interrogées sur la possibilité de telles situations pour elles-mêmes, 62 % des répondantes ont répondu négativement, 10 % ont évoqué des violences morales ou psychologiques, 6 % des violences physiques, et 7 % toutes les formes de violence.

Notes : Il y a des cris ou des disputes dans son foyer “Cris et disputes” ; Sa famille la traite mal “Maltraitance par la famille” ; Son mari l’a déjà poussée, frappée ou giflée “Violences physiques” ; Son mari l’a déjà insulté ou lui a fait se sentir mal dans sa peau “Violences psychologiques” ; Son mari l’a déjà contrainte physiquement à avoir des rapports sexuels ou à accomplir tout autre acte sexuel contre sa volonté “Violences sexuelle”

Nous avons aussi exploré les croyances des femmes et des hommes micro entrepreneurs concernant la justification de la violence domestique dans différentes situations. Presque tous les répondants affirment que la violence physique d’un mari n’est pas justifiée en cas de perte d’emploi, de mauvaises nouvelles ou de consommation d’alcool. Une minorité (9 % des femmes et 10 % des hommes) considère la violence domestique comme justifiable si la femme désobéit à son mari. On remarque que la part de femmes et d’hommes justifiant la violence en cas de négligence des enfants est beaucoup plus élevée que par rapport aux autres motifs, elle s’élève à 20% des femmes et 16% des hommes. Toutefois, cela reste inférieur aux données nationales. L’enquête MICS Madagascar menée par l’Institut National de la Statistique en 2018 montre que 34% des femmes et 23% des hommes interrogé pensent que la violence est justifiée en cas de négligence des enfants. Ces pourcentages ne diffèrent pas selon l’âge, la zone d’habitation ou le niveau d’éducation du répondant. Ceci implique que la négligence des enfants serait l’un des plus importants canaux par lequel l’accès au microcrédit peux exacerber la violence domestique ; en effet on peut s’attendre à ce qu’une participation accrue aux activités économiques, par exemple, réduise le temps disponible pour les tâches domestiques et la garde des enfants.

L’enquête a également permis à certaines femmes de partager spontanément leurs expériences de violence conjugale, mettant en lumière une réalité souvent cachée. Parmi les 1 203 femmes interrogées, 102 ont témoigné de violences subies, que ce soit de la part de leur conjoint actuel ou précédent. Les enquêtrices ont rapporté des exemples édifiants, dont des cas de violences morales et physiques, ainsi que des femmes ayant préféré ne pas demander d’aide malgré des suggestions. De plus, 10 personnes interrogées ont été témoins ou ont eu connaissance de cas de violence dans leur entourage, provoquant des émotions vives, L’enquête a également permis à certaines femmes de partager spontanément leurs expériences de violence conjugale, mettant en lumière une réalité souvent cachée. Parmi les 1 203 femmes interrogées, 102 ont témoigné de violences subies, que ce soit de la part de leur conjoint actuel ou précédent. Les enquêtrices ont rapporté des exemples édifiants, dont des cas de violences morales et physiques, ainsi que des femmes ayant préféré ne pas demander d’aide malgré des suggestions. De plus, 10 personnes interrogées ont été témoins ou ont eu connaissance de cas de violence dans leur entourage, provoquant des émotions vives, notamment de la tristesse et du stress. Quatre hommes ont également admis avoir exercé des violences envers leur conjointe.

Delphine Boutin Nina Filipkowski Rita Abdel Sater



Citer ce billet
dallmann (2023, 24 novembre). Etats des lieux des violences conjugales auprès des micro-entrepreneurs à Madagascar. Partenariat AFD-IRD pour réaliser des évaluations d’impact en mobilisant la recherche du Sud. Consulté le 15 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/sn5k

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search