Le pouvoir des images : une vidéo pour changer les normes sociales sur la violence conjugale ?  

Tournage de la vidéo par l’équipe d’Inspire Partner, février 2023. Source : Nina Filipkowski

Normes sociales et violences conjugales à Madagascar

À Madagascar, la violence domestique reste un problème répandu, exacerbé par des tensions financières et les normes de genre. Environ une femme sur quatre est victime de violences physiques de la part de son conjoint actuel ou précédent conjoint. Par ailleurs, notre enquête de référence menée en mai 2022 auprès de 2.000 micro-entrepreneurs dans la région des Hautes Terres à Madagascar a mis en lumière une perception d’une prévalence significative de la violence domestique au sein de cette population, résultant de la normalisation de ces pratiques.

Cependant, les signalements de cas de violences domestiques demeurent peu fréquents. Plusieurs raisons peuvent expliquer cette sous-déclaration et l’hésitation à solliciter de l’aide. La crainte de représailles, l’incrédulité ou la culpabilisation, ainsi que la honte et la stigmatisation sociale associées à la victimisation sont des éléments significatifs contribuant à ce silence. D’autres normes sociales en vigueur à Madagascar renforcent également la tendance à minimiser les violences domestiques. Par exemple, des normes qui banalisent certaines formes de violence, telles que “Tokan-trano fihafiana” signifiant “Vivre au sein d’un ménage exige de surmonter des épreuves”, ou la conviction que “Ce qui se passe à la maison doit rester à la maison”, ainsi que la culture du silence associée au mariage (où exposer ses problèmes personnels est considéré comme inapproprié ou honteux, “Ny tokantrano tsy ahahaka”) perpétuent l’idée que la violence domestique doit demeurer dissimulée et peuvent décourager les victimes de s’exprimer. De plus, le manque d’information sur les droits et les procédures à suivre en cas de violence, ainsi que sur le soutien offert par les travailleurs sociaux, peut conduire de nombreuses victimes à méconnaître l’existence de ces ressources qui pourraient les aider.

De plus en plus d’études explorent l’influence de l’information sur les connaissances, les attitudes et les comportements dans les pays en développement. Les programmes vidéo, notamment les médias de masse et les vidéos éducatives, sont des outils puissants pour diffuser l’information. Ces programmes vidéo ont la capacité de générer des changements significatifs sur les normes sociales, en particulier en modifiant les attitudes envers les femmes et en influençant les comportements liés à la santé, y compris la violence domestique. Notre étude s’inscrit dans la compréhension de l’impact de l’information via une vidéo de sensibilisation sur les normes sociales et les comportements liés à la violence domestique.

Notre intervention

“Je dénonce”: une vidéo documentaire

Avec une équipe de vidéastes et une graphiste, nous avons produit une vidéo documentaire de 15 minutes entièrement en malgache dans le but de sensibiliser les bénéficiaires d’une ONG de microfinance à la violence domestique. Les scénarios ont été élaborés en collaboration avec une psychologue spécialisée sur les violences basées sur le genre et des animatrices sociales expérimentées dans le soutien psychosocial des familles vulnérables. L’objectif principal de la vidéo est de diffuser des informations visant à remettre en question les croyances erronées sur la violence domestique. Elle aborde plusieurs points essentiels, notamment en informant les spectateurs sur les divers types de violence (physique, sexuelle, psychologique, et économique), leurs droits légaux, et les démarches pour témoigner et se faire aider (comme demander une aide médicale ou porter plainte). Elle met également en lumière le soutien et l’assistance offerts par les animatrices sociales de l’ONG partenaire, tout en mettant l’accent sur deux comportements souhaitables : le rejet de toute forme de violence et la possibilité de résilience pour les victimes.

La vidéo documentaire s’ouvre sur une séquence animée décrivant les expériences de trois familles, chacune mettant en lumière un contexte et une forme différente de violence. L’utilisation de l’animation permet une représentation de scènes de violence domestique sans impliquer d’acteurs réels pour ne pas heurter les spectateurs de manière direct. Le slogan “Je dénonce” apparaît après chaque scène, soulignant l’importance de dénoncer la violence.

Source : Lilou Tarting

Le documentaire se poursuit par une séquence vidéo sur les conséquences de la violence domestique, les démarches pour obtenir de l’aide pour les victimes, des témoignages[1] de survivantes, et les initiatives prises par l’ONG pour aider les victimes et les survivantes.

Simulation d’une visite médicale par une victime de violence conjugale, février 2023. Source : Nina Filipkowski

Notre approche consiste à utiliser un documentaire audiovisuel plutôt que des vidéos de type ludo-éducatif (comme les films et les séries) qui nous permet de mieux contrôler les messages véhiculés et de les adapter spécifiquement à la population cible. Les vidéos documentaires présentent plusieurs avantages qui peuvent renforcer leur efficacité dans la modification des attitudes et des comportements. Notre vidéo documentaire est adaptée et personnalisée pour s’aligner sur le contexte et les exigences spécifiques de l’ONG. Elle présente l’avantage d’être une approche rentable, car elle a été produite dans un délai court (quelques mois) et avec un budget modeste (quelques milliers d’euros). Elle peut également être facilement reproduite et adaptée à différents contextes.

Les documentaires ont le potentiel d’aborder des sujets tabous entourant la violence mais leur efficacité peut être entravé par le manque de services de soutien aux victimes après son visionnage.

Notre étude va au-delà des recherches précédentes en incorporant un programme de formation pour toutes les animatrices sociales. Ce programme de formation se concentre sur l’identification des victimes de violence domestique et sur la fourniture d’un soutien psychosocial. La combinaison de la vidéo documentaire et du programme de formation maximise le potentiel d’amélioration des connaissances, du signalement et des attitudes positives à l’égard de la violence domestique.

Une formation des animatrices sociales sur la violence domestique

En mars 2022, une formation de quatre jours sur la violence domestique a été dispensée aux animatrices sociales de l’ONG partenaire par une psychologue malgache spécialisée dans les VBG. L’objectif était de renforcer leurs connaissances sur les violences et leurs compétences en accompagnement des victimes de violences conjugales, en les dotant des outils nécessaires pour adapter ces connaissances à leurs contextes locaux et à leur cadre professionnel. Cette formation interactive a employé diverses méthodes, dont des ateliers pour discuter de leurs perceptions des violences, des techniques participatives basées sur l’expérience des participantes dans l’accompagnement des victimes et survivantes de violences conjugales, des présentations avec diapositives, du matériel de formation, ainsi que des exercices en binôme ou en groupe. Les thèmes abordés comprenaient l’identification des cas de violence, les cadres juridiques, et l’approche envers les victimes, avec des exercices pratiques sur les techniques d’écoute et d’entretien.

En septembre 2023, une deuxième formation de trois jours a été organisée avec la même équipe d’animatrices sociales. Elles ont discuté des cas de violence auxquels elles avaient été confrontées depuis le début du projet, affinant ainsi leur approche et répondant à leurs préoccupations éventuelles. De plus, elles ont bénéficié d’un soutien psychologique individuel de la part de la psychologue.

Ces formations sont primordiales pour la santé et l’accompagnement des victimes et des animatrices sociales qui peuvent être confrontées à des histoires de violences graves. En effet, ce projet soulève d’importantes questions éthiques liées à la sécurité et au bien-être des participants, ainsi que des animatrices et des enquêteurs impliqués. La nature sensible du sujet peut potentiellement exposer les participants à une détresse émotionnelle et à des préjudices. Dans le cadre des programmes de formation des animatrices sociales, la psychologue a souligné l’importance de la gestion des émotions et le recul face aux récits de violence. L’ONG est également en train d’établir des partenariats avec des associations spécialisées afin de soutenir davantage leurs efforts de lutte contre les violences. En outre, un fonds d’urgence a été créé pour aider les victimes qui ont besoin d’un soutien immédiat suite à leur signalement (par exemple l’engagement de démarches auprès de la justice ou un accompagnement médical).

Nous souhaitons observer des changements dans quatre domaines. Nous nous attendons (1) à une meilleure connaissance des types de violence, des droits et des procédures ; (2) à une augmentation du nombre de cas de violence domestique signalés aux travailleurs sociaux et (3) à une diminution des attitudes qui justifient la violence domestique. Nous explorons également l’influence du programme sur le bien-être psycho- logique et émotionnel des femmes (4), y compris la santé mentale, la présence de VPI et l’espoir. La direction des effets sur cette dernière série de résultats n’est pas connue a priori.

Ces vidéos sont-elles efficaces ? un essai randomisé

Notre évaluation d’impact consiste à randomiser la diffusion de la vidéo sur les violences domestiques sur une période de 8 mois (mai à décembre 2023) auprès de 7 agences de l’ONG de microfinance d’Antsirabe. La vidéo est intégrée aux activités menées lors de la “journée d’attribution des prêts”, une réunion de groupe organisée chaque semaine pour que les demandeurs de prêts acceptés signent les contrats de prêt et de mutuelle santé et rencontrent les animatrices sociales. Dans le groupe d’intervention, la vidéo est diffusée lors de cette réunion, tandis que dans le groupe témoin, les activités sont identiques, à l’exception de l’absence de la vidéo. Dans chaque agence, la vidéo est diffusée lors de certains mois choisis de manière aléatoire. De plus, les différentes agences ne diffusent pas la vidéo durant les mêmes mois, pour éviter les confondre les effets de saisonnalité/période et les effets dus à la vidéo. Comme les demandeurs de prêts ne sont présents qu’une seule fois à l’agence, nous nous retrouvons avec un groupe de bénéficiaires qui a regardé la vidéo et un autre qui ne l’a pas regardée, pour chacune des 7 agences.


Nous prévoyons la participation d’environ 5.700 personnes sur une période de 8 mois, réparties équitablement entre groupe d’intervention et groupe témoin. Lors de la journée d’attribution du prêt, les animatrices sociales administreront individuellement un court questionnaire à chaque bénéficiaire à l’aide d’une tablette. Ce questionnaire vise à recueillir des informations sur leurs connaissances des différents types de violence domestique, les droits et les procédures disponibles pour les victimes, leur attitude à l’égard de la légitimité de la violence et de la résilience des victimes. Un second questionnaire sera utilisé pour enregistrer tous les cas de violence signalés auprès de l’ONG au cours de la période d’étude. Afin d’approfondir les différents aspects liés au visionnage de la vidéo (compréhension des messages, expériences de violence, attitudes envers la violence) et l’influence de différents facteurs modérateurs (tels que le statut d’autonomisation, le risque de violence domestique, l’environnement familial, la conformité aux normes sociales), une enquête quantitative et qualitative sera réalisée auprès des bénéficiaires 6 mois après la fin de l’intervention.


[1] Bien que le public cible principal soit les femmes, car elles sont les premières victimes de la violence domestique, le documentaire reconnaît également que la violence domestique peut toucher les hommes. Par ailleurs, nous avons choisi de ne pas inclure de témoignages d’anciens auteurs de violences, car donner de faux espoirs ou suggérer que les auteurs peuvent facilement changer peut-être préjudiciable aux victimes. En outre, nous nous abstenons d’aborder les auteurs de violence, car l’accompagnement des auteurs de violence exige des compétences spécialisées qui dépassent le champ d’action des travailleurs sociaux.

Delphine Boutin Nina Filipkowski Rita Abdel Sater

Etats des lieux des violences conjugales auprès des micro-entrepreneurs à Madagascar

À Madagascar, la violence domestique reste un problème répandu, exacerbé par des tensions financières et les normes de genre, et parfois par les programmes eux-mêmes. L’enquête baseline pour cette étude, menée en mai 2022 auprès de 2.000 micro-entrepreneurs à Madagascar a mis en lumière une perception d’une prévalence significative de violence domestique au sein de cette population. Ceci semble résulter de la normalisation des violences notamment en raison de la négligence supposée des enfants ou la désobéissance au mari.

Microcrédit et violences conjugales : quels liens ?

Les femmes bénéficiaires de microcrédit représentent une population potentiellement plus résistante à la violence domestique, soit par auto-sélection (ces femmes sont au départ plus autonomes), soit parce que les prêts diminuent le stress au sein des ménages et augmentent l’autonomie financière des femmes, ce qui peut conduire à une diminution de la violence domestique.

Cependant, l’octroi de microcrédits peut entraîner des conflits au sein du ménage. Dans les sociétés où la violence est tolérée socialement et les rôles traditionnels des sexes profondément enracinés, l’indépendance financière des femmes peut intensifier les tensions et déclencher des actes violents, les hommes cherchant à rétablir leur supposée autorité. La nouvelle activité économique de la femme, peut également entraîner des conflits au sein des ménages liés à la garde des enfants et au travail domestique. La coercition économique, caractérisée par la surveillance et les restrictions des activités économiques et des ressources des femmes, constitue une autre forme de violence. De plus, la pression liée aux remboursements de prêts peut exercer des contraintes sur les relations au sein des couples.

Néanmoins, les preuves empiriques sur l’impact de la participation économique des femmes sur la violence domestique sont mitigées, certaines études montrant une augmentation de la probabilité de violence, tandis que d’autres n’observent aucun effet significatif.

Attitudes face aux violences conjugales au sein des micro-entrepreneurs

« 20% des femmes et 16% des hommes estiment que la violence est justifiée quand la femme néglige les enfants »

Dans une enquête de référence réalisée en mai 2022 auprès de 2 000 micro-entrepreneurs dans les régions d’Itasy et Vakinankaratra, nous avons interrogé à la fois les hommes et les femmes sur leur perception de la prévalence de la violence domestique. Les résultats montrent que la violence domestique au sein des ménages de microentrepreneurs est perçue comme très répandue. Par exemple, 50 % des femmes estiment qu’une avec la même situation qu’elle qui serait entrepreneuse, pourrait être confrontée à des cris et des disputes au sein de son ménage, tandis que 37 % pensent qu’elle pourrait être physiquement maltraitée par son mari. 45% des femmes interrogées pensent que cette femme n’aurait pas d’expériences avec la violence domestique, sous quelque forme que ce soit. Ces proportions sont sensiblement identiques pour les hommes répondants, suggérant que leur vision de l’expérience des femmes entrepreneures est similaire à celle des femmes répondantes.  La perception de la prévalence de la violence dans note échantillon de micro-entrepreneurs se rapproche des taux de violence déclarés pour toutes les femmes dans ces mêmes régions (enquête Multiple Indicator Cluster Survey, 2018).

Lorsque interrogées sur la possibilité de telles situations pour elles-mêmes, 62 % des répondantes ont répondu négativement, 10 % ont évoqué des violences morales ou psychologiques, 6 % des violences physiques, et 7 % toutes les formes de violence.

Notes : Il y a des cris ou des disputes dans son foyer “Cris et disputes” ; Sa famille la traite mal “Maltraitance par la famille” ; Son mari l’a déjà poussée, frappée ou giflée “Violences physiques” ; Son mari l’a déjà insulté ou lui a fait se sentir mal dans sa peau “Violences psychologiques” ; Son mari l’a déjà contrainte physiquement à avoir des rapports sexuels ou à accomplir tout autre acte sexuel contre sa volonté “Violences sexuelle”

Nous avons aussi exploré les croyances des femmes et des hommes micro entrepreneurs concernant la justification de la violence domestique dans différentes situations. Presque tous les répondants affirment que la violence physique d’un mari n’est pas justifiée en cas de perte d’emploi, de mauvaises nouvelles ou de consommation d’alcool. Une minorité (9 % des femmes et 10 % des hommes) considère la violence domestique comme justifiable si la femme désobéit à son mari. On remarque que la part de femmes et d’hommes justifiant la violence en cas de négligence des enfants est beaucoup plus élevée que par rapport aux autres motifs, elle s’élève à 20% des femmes et 16% des hommes. Toutefois, cela reste inférieur aux données nationales. L’enquête MICS Madagascar menée par l’Institut National de la Statistique en 2018 montre que 34% des femmes et 23% des hommes interrogé pensent que la violence est justifiée en cas de négligence des enfants. Ces pourcentages ne diffèrent pas selon l’âge, la zone d’habitation ou le niveau d’éducation du répondant. Ceci implique que la négligence des enfants serait l’un des plus importants canaux par lequel l’accès au microcrédit peux exacerber la violence domestique ; en effet on peut s’attendre à ce qu’une participation accrue aux activités économiques, par exemple, réduise le temps disponible pour les tâches domestiques et la garde des enfants.

L’enquête a également permis à certaines femmes de partager spontanément leurs expériences de violence conjugale, mettant en lumière une réalité souvent cachée. Parmi les 1 203 femmes interrogées, 102 ont témoigné de violences subies, que ce soit de la part de leur conjoint actuel ou précédent. Les enquêtrices ont rapporté des exemples édifiants, dont des cas de violences morales et physiques, ainsi que des femmes ayant préféré ne pas demander d’aide malgré des suggestions. De plus, 10 personnes interrogées ont été témoins ou ont eu connaissance de cas de violence dans leur entourage, provoquant des émotions vives, L’enquête a également permis à certaines femmes de partager spontanément leurs expériences de violence conjugale, mettant en lumière une réalité souvent cachée. Parmi les 1 203 femmes interrogées, 102 ont témoigné de violences subies, que ce soit de la part de leur conjoint actuel ou précédent. Les enquêtrices ont rapporté des exemples édifiants, dont des cas de violences morales et physiques, ainsi que des femmes ayant préféré ne pas demander d’aide malgré des suggestions. De plus, 10 personnes interrogées ont été témoins ou ont eu connaissance de cas de violence dans leur entourage, provoquant des émotions vives, notamment de la tristesse et du stress. Quatre hommes ont également admis avoir exercé des violences envers leur conjointe.

Delphine Boutin Nina Filipkowski Rita Abdel Sater

Mesures de l’exposition des personnes aux particules fines par méthode gravimétrique dans le cadre de l’étude REDGAS

L’étude REDGAS constitue l’un des efforts de collecte de données les plus importants jamais réalisés sur l’exposition des personnes à la pollution de l’air en Afrique subsaharienne. Nous vous proposons ci-dessous un aperçu des moyens mis en œuvre pour générer ces connaissances.


La pollution de l’air est l’un des principaux facteurs de risque de mortalité et occasionne 7 millions de décès prématurés chaque année d’après l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS). Parmi tous les polluants aériens, les particules fines de moins de 2,5 microns (PM2.5) font partie des plus nocifs pour la santé humaine. Elles sont produites par le trafic routier, les centrales électriques thermiques, les feux de forêt et plus généralement la combustion de bois, mais aussi par la consommation de tabac ou par les fumées qui se dégagent de la nourriture lors de sa cuisson.

Lorsqu’elle est utilisée comme source d’énergie domestique pour faire cuire les repas et pour chauffer les logements, la combustion du bois représente l’une des principales sources d’émission de particules fines. C’est le cas dans de nombreux pays d’Afrique subsaharienne, et notamment au Burkina Faso. Néanmoins, les études mesurant de manière précise le niveau d’exposition des populations aux particules fines dans les pays du continent africain sont rares et se contentent souvent d’échantillons de tailles réduites. Une revue de littérature publiée en 2020 recensait seulement 5 publications sur le sujet, parmi lesquelles la plus grande taille d’échantillon était de seulement 102 individus (Bede-Ojimadu et Orisakwe 2020). Pour beaucoup de pays, il faut se contenter d’estimations de la concentration en particules fines dans l’air ambiant obtenues à partir de données satellites, qui ne tiennent qu’indirectement compte de l’exposition occasionnée par les sources d’émissions situées à l’intérieur des logements.

L’étude REDGAS a pour objectif de documenter l’effet de l’accès au gaz de cuisson sur l’exposition aux particules fines des ménages burkinabè. Pour atteindre cet objectif, l’équipe de recherche réalise des mesures d’exposition individuelle aux particules fines pendant une période de 24 heures sur l’une des personnes en charge de la préparation des repas dans chacun des 820 ménages de son échantillon. Deux campagnes de mesures ont été menées avant la mise en place des interventions visant à faciliter l’accès des ménages au gaz, l’une en saison sèche et l’autre en saison des pluies. Une troisième campagne sera conduite en fin d’étude au moins 6 mois après l’acquisition des kits de cuisson au gaz par les ménages intéressés. L’étude REDGAS constitue ainsi un effort sans précédent en matière de collecte de données sur l’exposition individuelle aux particules fines en Afrique subsaharienne.

Les mesures d’exposition réalisées dans le cadre des enquêtes sur la situation de référence de l’étude REDGAS montrent que les personnes en charge de la préparation des repas sont exposées à environ 150 µg/m3 en moyenne sur 24 heures en saison sèche et à plus de 200 µg/m3 en saison humide. Le seuil au-delà duquel l’OMS considère que l’exposition est significativement nocive pour la santé est lui de seulement 15 µg/m3 en moyenne sur 24 heures. Les connaissances générées dans le cadre de cette étude confirment donc l’ampleur de l’enjeu de santé publique que constitue l’exposition aux particules fines dans les pays d’Afrique subsaharienne.

Comment ont été effectuées les mesures qui ont permis d’effectuer ces observations ? Sur le terrain, les enquêteurs en charge des mesures demandent à l’épouse du chef de ménage ou à la femme chef de ménage de porter durant 24 heures un dispositif composé d’un sélecteur de particules, d’une cassette contenant un filtre et d’une pompe aspirant l’air avec un débit constant. Le sélecteur de particules fines est positionné à hauteur d’épaule (voir Photos 1 et 2) afin de prélever un air d’une qualité équivalente à celui inhalé par la personne sur qui est réalisé le prélèvement. L’air entre dans le dispositif par le sélecteur qui rejette les particules de plus de 2,5 microns. Les particules d’une taille inférieure sont ensuite déposées sur le filtre grâce à l’effet d’aspiration de la pompe. Une fois la période de 24 heures terminée, le filtre est pesé sur une balance de haute précision et sa masse est comparée avec la masse mesurée avant le prélèvement. On rapporte ensuite la différence de masse au volume d’air pompé pour déduire l’exposition moyenne aux particules fines sur 24 heures de la personne ayant porté le dispositif. Cette variable est exprimée en microgrammes par mètre cube d’air (µg/m3).

Photo 1: Pompe raccordée au sélecteur de particules
Photo2: Démonstration, enquêtrice portant le dispositif

La procédure décrite ci-dessus est connue sous le nom de « méthode gravimétrique ». A ce jour, méthode de mesure qui rend compte de la manière la plus précise de la quantité de particules inhalée au cours de la période de mesure et ce en tenant compte de toutes les sources d’émissions auxquelles la personne a été exposée. Son principal inconvénient est le coût élevé de la mise en place du dispositif de mesure. Il est également possible d’estimer l’exposition aux particules fines d’une personne à l’aide de capteurs optiques moins onéreux mais également moins précis et plus sujets aux erreurs  de mesure.

Thomas Thivillon (Paris Dauphine University, PSL University, LEDa, CNRS, IRD)

PEN, Éducation parentale et petite enfance au Népal : Retours de terrain

En partenariat avec les ONG Planète Enfance et Développement (PE&D) et Prayas, le projet PEN vise à évaluer l’impact d’une campagne d’éducation parentale destinée aux parents d’enfants de moins de 3 ans, dans la région rurale de Gajuri, au centre du Népal. Les sciences sociales ont en effet largement montré que les 1000 premiers jours de la vie étaient déterminants pour le développement futur de l’enfant. Dans un contexte où crèches et écoles maternelles sont rares et peu fréquentées, le rôle des parents est crucial.  Ce sont les parents qui représentent la principale source d’éveil, d’apprentissage et de développement de l’enfant. Dans ce cadre, l’intervention va consister en 15 sessions d’éducation parentale visant à former les parents aux bonnes pratiques à adopter avec son enfant (hygiène, santé, jeu, perspectives d’avenir, égalité de genre).

Plus précisément, le projet PEN comprend 4 étapes :

  1. la définition du protocole expérimental avec PE&D et l’Institut for Social and Environmental Reserach-Nepal (ISER-N), le partenaire scientifique : constitution de 100 groupes de 10 ménages dont  une moitié sélectionnée au hasard bénéficiera de la campagne d’éducation parentale et l’autre non,
  2. la collecte de données baseline auprès des 1000 ménages,
  3. les 15 sessions d’éducation parentale proposées sur une durée de 12 mois et enfin,
  4. la collecte de données endline.
Localisation des ménages avec enfants de 0-3 ans (points) et des écoles (livres) dans le district de Gajuri.
Recensement effectué en novembre 2021

La collecte de données baseline a débuté en septembre 2022 pour s’achever à la fin de ce même mois.  1000 ménages ayant au moins un enfant de moins de 3 ans doivent être échantillonnés et enquêtés. Ils répondent à trois questionnaires :

  • le questionnaire de recensement de tous les membres du ménage qui informe sur leurs principales caractéristiques (sexe, âge, statut marital, niveau d’éducation, activité professionnelle) ;
  • le questionnaire destiné au chef de ménage qui porte sur les actifs du ménage, la sécurité alimentaire, les migrations au sein du ménage, mais aussi les croyances et les attitudes des parents envers leur enfant ; et enfin,
  • le questionnaire destiné à la personne s’occupant directement de l’enfant (le caregiver) qui vise notamment à mesurer l’état de santé de l’enfant, son développement, son environnement (a-t-il des jouets, des livres, etc. ?) et à évaluer les aspirations pour cet enfant.

Lors de la mission réalisée en août-septembre 2022, l’équipe de recherche a pu tester la programmation des questionnaires sur tablette, participer à la formation des enquêteurs qui s’est tenue dans les locaux de l’ISER-N, et suivre le pilote des questionnaires sur le terrain. En raison du thème de l’étude, la petite enfance, l’ISER-N a privilégié le recrutement d’enquêtrices. Toutes sont étudiantes à l’université de Gajuri.  L’équipe de recherche a pu accompagner certaines d’entre elles sur le terrain, dans une zone reculée qui compte une majorité de ménages Chepangs, un des groupes ethniques les plus pauvres du Népal. Elle a pu observer le sérieux des enquêtrices et la disponibilité des ménages à répondre à une enquête pouvant durer plus de deux heures.

Habitat Chepang, hameau du ward 3, enquêté le 9 septembre 2022
Source : équipe de recherche

Parallèlement à la préparation de l’enquête baseline, cette mission a aussi permis à l’équipe de recherche d’assister à des sessions d’éducation parentale animées par les travailleurs sociaux de Prayas au sein des écoles. Ces sessions traitent notamment du lien parents-enfants-école et sont destinées aux parents d’enfants de plus de 3 ans inscrits en préscolaire. Les thèmes abordés, le public visé et les modalités de mise en œuvre seront différents dans la campagne d’éducation parentale que le projet PEN va évaluer. Néanmoins, l’assiduité des mères, que l’équipe de recherche a pu observer, de même que leur intérêt pour la petite enfance, leur écoute du travailleur social et leur aisance à interagir avec le reste du groupe sont autant de signaux positifs et encourageants pour le projet PEN.

Un travailleur social, conduisant une session d’éducation parentale dans le ward 8, 7 septembre 2022
Source : équipe de recherche

L’intervention évaluée par le projet PEN va consister en 15 sessions de formation, réalisées auprès de groupes de parents d’enfants de 0 à 3 ans. Elle débutera en janvier 2023. Les sessions, conduites par des travailleurs sociaux, seront réalisées dans un endroit central (école ou autre lieu public), accessible pour tous les ménages de la communauté.

Fin de la session du 7 septembre 2022 : Le travailleur social fait le bilan des apprentissages avec les participantes
Source : équipe de recherche

Les effets attendus de cette campagne d’éducation parentale sont nombreux. Ils seront mesurés lors de l’enquête endline, réalisée début 2024. Outre un développement cognitif et non cognitif plus important pour les enfants dont les parents ont assisté aux sessions de formation, les interactions entre parents et enfants sont aussi supposées s’intensifier.  Enfin, une telle campagne devrait agir sur les parents eux-mêmes, sur la qualité du temps passé avec l’enfant, le pouvoir de décision des mères, leurs opinions, attitudes et comportements vis-à-vis de leurs enfants.  Dans un contexte de forte préférence pour les garçons, il sera ainsi intéressant d’évaluer l’efficacité de l’intervention sur les disparités entre filles et garçons.

Florence Arestoff, Olivia Bertelli, Elodie Djemai

L’AFD via PAIRES soutient l’université d’été en sciences sociales Tany Vao Mada 2022

Le programme PAIRES – partenariat AFD-IRD a le plaisir d’apporter son soutien à l’édition 2022 de l’université d’été en sciences sociales Tany Vao Mada qui vise à dispenser une formation à la recherche de haut niveau et à répondre à des besoins d’encadrement, de méthodes, et de travail en réseau des doctorants et jeunes chercheurs d’Afrique de l’Ouest et de Madagascar. Cette année l’université se tiendra à Madagascar, à Antananarivo les 24 et 25 octobre 2022 et à Toliara du 28 octobre au 2 novembre 2022. À chaque édition, une thématique transversale est sélectionnée. Pour cette édition 2022 « Environnement et Sociétés » sera l’entrée thématique des travaux.

Dans la lignée des objectifs poursuivis par PAIRES, cette formation entend favoriser la connexion entre la recherche scientifique et le monde non-académique en permettant de nourrir le débat public et d’aider à la décision politique. Ils s’inscrivent également dans une démarche pluridisciplinaire en conjuguant les différentes approches issues des sciences sociales (économie, socio- anthropologie, histoire, linguistique, géographie, science politique, statistiques, etc.).

Lors de cette édition 2022, Marc Bouvier, chercheur impliqué dans l’évaluation d’impact soutenue par l’Agence Française de Développement via le programme PAIRES Déforestation et dégradation dans le bassin du Congointerviendra lors de l’atelier “Evaluations des interventions de développement”.

Retrouvez toutes les informations sur Tany Vao ici !

REDGAS : Retours sur l’enquête de situation de référence

Entrepreneurs du Monde a créé NAFA NAANA (« Le bénéfice est arrivé » en langue locale) en 2012 pour rendre accessibles des solutions modernes et efficaces : lampes solaires, réchauds à gaz et foyers améliorés. L’objectif du programme est d’améliorer les conditions de vie des bénéficiaires, de permettre la réduction de la pollution de l’air intérieur, des dépenses de combustibles, et de la déforestation massive. L’enjeu de l’étude REDGAS est de déterminer si Nafa Naana atteint son objectif de réduction de l’exposition des ménages à la pollution de l’air grâce au remplacement du bois et du charbon par le gaz via ses réchauds améliorés.

Pesée du stock de bois d’un ménage à l’aide d’une balance dynamométrique (Crédit : Projet REDGAS)

L’enquête de situation de référence auprès de plus de 800 ménages (soit près de 4 000 individus) et la première phase de l’étude qualitative ont été réalisées entre fin 2019 et début 2020

Des mesures de qualité de l’air ont été réalisées sur une période de 24 heures pour chaque ménage. Pour réaliser ces mesures, l’une des personnes en charge de la préparation des repas était équipée d’un dispositif permettant de prélever les particules fines présentes dans son environnement. Un suivi de la consommation de combustible sur 72 heures a également été réalisé dans chaque ménage.

Caractéristiques et premiers résultats de l’enquête baseline REDGAS (Crédit : Entrepreneurs du Monde)

Ces premières données permettent d’établir la situation de référence des ménages en termes de qualité de l’air avant l’intervention REDGAS. Elles mettent en évidence un niveau d’exposition à la pollution de l’air extrêmement important avec une moyenne de 155 microgrammes de particules ultrafines par mètre cube d’air sur 24 heures.

Distribution de l’exposition individuelle aux particules de moins de 2,5 microns dans l’échantillon de ménages du projet REDGAS (moyenne sur 24h en µg/m3)

La hauteur de chaque barre indique la part des ménages de l’échantillon qui sont soumis à une concentration de particules fines donnée. Tous les ménages ont une exposition supérieure au niveau d’exposition sans risque pour la santé, représenté par la ligne en pointillés rouges

Ce niveau est plus de 6 fois supérieur à l’objectif de qualité de l’air établi par l’Organisation Mondiale de la Santé pour les particules fines ! L’exposition à un tel niveau de pollution de manière régulière sur une année implique une augmentation de 70% à 80% du risque de cancer du poumon et de cardiopathies ischémiques chez les femmes par rapport à un scénario sans pollution. Le risque d’infection respiratoire de type pneumonie est également doublé pour les enfants de moins de 5 ans.

Ecole d’été “Innovations pour le développement” (J-PAL – AFD) : Webinaire Evaluer les actions d’un bailleur de fonds

J-PAL Europe et l’Agence française de développement organisent du 5 au 13 juillet une école d’été en ligne sur le thème “Innovations pour le développement”. Cette école d’été rassemblera un public de chercheurs académiques et de praticiens du développement issus des pays à revenus faibles et intermédiaires.

Comment rendre compte des impacts d’actions structurelles financées par un bailleur tout en contribuant à la production de connaissances pour améliorer les projets futurs ? C’est à cette question que répondront Claire Zanuso (AFD) et Kenneth Houngbedji (IRD) dans cette session en s’appuyant sur des exemples concrets. La présentation détaillera des travaux récents dans le bassin du Congo pour évaluer les impacts de l’amélioration des infrastructures d’eau potable en milieu urbain, notamment sur l’incidence du choléra, et l’appui aux politiques publiques de gestion des forêts.

Kenneth Houngbedji est chargé de recherche à l’Institut de recherche pour le développement (IRD, France) et est rattaché à l’unité Développement, institutions et mondialisation (DIAL) du laboratoire d’économie de Dauphine (LEDa, France). Avant de rejoindre l’IRD, il pilotait des évaluations d’impact à l’Agence française de développement. Ses travaux portent sur l’économie du développement et de l’environnement. Claire Zanuso est responsable de l’équipe en charge des évaluations d’impact à l’Agence française de développement. Ses travaux s’intéressent aux défis du développement urbain et aux enjeux liés à l’emploi des jeunes.

(Re)visionnez le replay de cette session, et retrouvez ici l’intégralité des conférences !

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search