Se baser sur le terrain pour mieux cibler l’intervention : Une étude socioanthropologique en baseline

Au Burkina Faso, l’utilisation du gaz de pétrole liquéfié (GPL) demeure peu élevée malgré le fait qu’il soit relativement peu polluant, facile d’accès et a un coût relativement réduit grâce à la politique de subvention actuellement en vigueur pour les consommateurs domestiques[1].

Depuis 2018, le projet REDGAS (« Randomized Evaluation of the Demand for LPG Stoves and of the Associated Effects on Household Air Pollution, Greenhouse Gas Emissions and Well-Being in Burkina Faso ») est mis en œuvre pour tester différente manières de promouvoir l’utilisation du GPL et faciliter son acquisition par les ménages pauvres dans le pays. Avant de commencer cette expérimentation, et pour mieux dimensionner l’intervention et augmenter son efficacité, une équipe de socio-anthropologues du Centre Muraz a réalisé une étude qualitative visant à analyser :

  • les attitudes et les pratiques des ménages concernant l’utilisation des combustibles traditionnels,
  • l’organisation de la préparation des repas,
  • les connaissances, attitudes et pratiques des ménages sur le réchaud à gaz de pétrole liquéfié (RGPL),
  • l’acceptabilité de l’utilisation du RGPL,
  • les inquiétudes ou obstacles liés à l’adoption du RGPL,
  • les facteurs susceptibles d’influencer positivement ou négativement le déroulement du projet REDGAS et
  • les meilleures stratégies à mettre en œuvre pour la réussite du projet REDGAS.

L’étude qualitative a été menée dans trois villes du Burkina Faso ciblées par le projet global : Kombissiri, Manga et Pô. Les enquêteurs ont collecté les informations nécessaires auprès des femmes ou des hommes faisant partie des ménages n’utilisant pas le RGPL, des leaders d’opinion, d’autorités politico-administratives locales, de responsables religieux, de responsables d’associations, de responsables de structures de micro finance, etc. Au total 175 personnes ont pris part à cette étude de façon individuelle (70) ou en groupe (105).

Quelques messages clés ont été retenus :

Les pratiques autour la préparation des repas 

L’étude socio-anthropologique a montré que dans la quasi-totalité des ménages, la cuisine se faisait généralement une fois par jour, le plus souvent le soir, en quantité suffisante pour deux repas (soir et midi). La gestion des tâches ménagères et la plupart des dépenses que cela nécessite relevaient de la responsabilité des femmes. La fourniture des ménages en céréales relevait de la responsabilité des hommes ou de la récolte familiale.

L’utilisation des combustibles traditionnels

La quasi-totalité des ménages rencontrés utilisaient exclusivement le bois comme combustible pour la cuisine. Le bois, financièrement accessible ou gracieusement fourni par la nature, était perçu comme le combustible le plus efficace pour la cuisson. Toutefois, malgré ses avantages économiques et sociaux, les enquêtés ont déclaré que l’utilisation du bois avait beaucoup d’inconvénients sur les plans sanitaire, (toux, problèmes respiratoires, problèmes de visions avec des risques de cécité, maladies de la chaleur, etc.) et environnemental (pollution de l’air)

Concernant la perception de la pollution, la majorité des enquêtés dans les 3 villes trouvait que l’air respiré était pur et donc de bonne qualité. Ceux qui estimaient que l’air était de mauvaise qualité liaient cette situation à des facteurs comme la poussière dégagée par la circulation des moyens de locomotion de plus en plus croissants, la coupe abusive du bois, les feux de brousse, les fumées des grillades, etc.

Les barrières et leviers à l’utilisation du réchaud à gaz de pétrole liquéfié

Grâce à ses avantages économiques, sociaux et sanitaires, l’utilisation du RGPL pour la cuisson est très appréciée par la quasi-totalité des répondants. Cependant beaucoup de rumeurs ou croyances circulent sur le RGPL. Le RGPL était disponible dans les marchés et dans les différentes boutiques mais son accessibilité financière restait limitée et la plupart des ménages profitaient des périodes de promotions du RGPL pour s’en procurer.

La réaction au projet REDGAS

Après explication des huit points du projet REDGAS (voir encadré), les enquêtés ont affirmé avoir bien compris le projet. Et la plupart d’entre eux était capable de synthétiser les points majeurs. REDGAS a été perçu comme un projet novateur : « c’est la première fois qu’on entend parler d’un tel projet qui veut motiver la population à utiliser le gaz. C’est bien parce que le bois est de plus en plus difficile d’accès » (Ma-CM 8) ; ou d’une aide qui va permettre aux populations d’avoir accès aux RGPL : « C’est un bon projet, moi depuis que je suis né je n’ai jamais utilisé le gaz, donc ce projet est une bonne opportunité pour avoir le gaz » (Po-FG F).

En marge des appréciations positives, le contenu du projet a également suscité un certain nombre de questions et d’inquiétudes chez les enquêtés. Ces questions étaient relatives à la vraisemblance du projet, à l’accessibilité financière et géographique, aux conflits et réticences que pourrait susciter la répartition aléatoire des ménages en trois groupes inégaux, à la responsabilité des ménages en cas de perte ou de dégâts causés sur les appareils, aux dispositions qui seront prévues par le projet si l’air mesuré dans les ménages s’avère être de mauvaise qualité, etc.

Les enquêtés ont conclu que le projet REDGAS est pertinent, acceptable et faisable dans leur contexte (Kombissiri, Manga et Pô).

Etapes du projet REDGAS
 
1)     Proposer la participation aux ménages durant environ 7 mois et réaliser un premier entretien d’environ 3h sur les caractéristiques des ménages et sur leurs habitudes liées à la préparation et à la cuisson des aliments ;

2)     Repasser aux domiciles des ménages, après ce premier entretien, pour une courte visite d’environ 30 minutes par jour pendant 4 jours pour peser les combustibles des ménages et à leur poser quelques questions complémentaires ;

3)     Inviter, à la suite des quatre visites, les responsables des ménages à participer à un tirage au sort pour entrer dans un des trois groupes du projet : le premier groupe aura un bon d’achat à crédit en 4 mensualités du RGPL, le deuxième groupe aura un bon d’achat leur permettant d’acheter le RGPL à un prix réduit mais au comptant (sans la possibilité de payer à crédit), le troisième groupe aura également un bon d’achat du RGPL dans les conditions ordinaires de la localité. Le comportement des ménages de chacun des groupes des trois groupes (par rapport au bon) sera suivi pendant quelques mois ;

4)     Revenir dans les mêmes ménages, environ 6 mois après, pour refaire le même entretien d’environ 3 h comme la première fois ;

5)     Repasser aux domiciles des ménages pour une courte visite, d’environ 30 minutes, qui sera aussi réalisée quatre fois ;

6)     Mesurer la qualité de l’air autour des domiciles à l’aide d’un petit appareil de la taille d’une grosse boite d’allumettes pendant qui sera porté par un membre de chaque ménage durant 24 h ;

7)     Mesurer la température de certains foyers de cuisson à l’aide d’un petit appareil ;

8)     Faire de temps en temps faire des photos au sein des ménages.

Abdramane Berthe (Centre Muraz)

Rita Abdel Sater (AFD)


[1] Projet MEPRED, Vision 2020 de l’accès aux services énergétiques modernes. Janvier 2008, Ministère des Mines des Carrières et de l’Energie: Ouagadougou. p. 72.

Mesures de l’exposition des personnes aux particules fines par méthode gravimétrique dans le cadre de l’étude REDGAS

L’étude REDGAS constitue l’un des efforts de collecte de données les plus importants jamais réalisés sur l’exposition des personnes à la pollution de l’air en Afrique subsaharienne. Nous vous proposons ci-dessous un aperçu des moyens mis en œuvre pour générer ces connaissances.


La pollution de l’air est l’un des principaux facteurs de risque de mortalité et occasionne 7 millions de décès prématurés chaque année d’après l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS). Parmi tous les polluants aériens, les particules fines de moins de 2,5 microns (PM2.5) font partie des plus nocifs pour la santé humaine. Elles sont produites par le trafic routier, les centrales électriques thermiques, les feux de forêt et plus généralement la combustion de bois, mais aussi par la consommation de tabac ou par les fumées qui se dégagent de la nourriture lors de sa cuisson.

Lorsqu’elle est utilisée comme source d’énergie domestique pour faire cuire les repas et pour chauffer les logements, la combustion du bois représente l’une des principales sources d’émission de particules fines. C’est le cas dans de nombreux pays d’Afrique subsaharienne, et notamment au Burkina Faso. Néanmoins, les études mesurant de manière précise le niveau d’exposition des populations aux particules fines dans les pays du continent africain sont rares et se contentent souvent d’échantillons de tailles réduites. Une revue de littérature publiée en 2020 recensait seulement 5 publications sur le sujet, parmi lesquelles la plus grande taille d’échantillon était de seulement 102 individus (Bede-Ojimadu et Orisakwe 2020). Pour beaucoup de pays, il faut se contenter d’estimations de la concentration en particules fines dans l’air ambiant obtenues à partir de données satellites, qui ne tiennent qu’indirectement compte de l’exposition occasionnée par les sources d’émissions situées à l’intérieur des logements.

L’étude REDGAS a pour objectif de documenter l’effet de l’accès au gaz de cuisson sur l’exposition aux particules fines des ménages burkinabè. Pour atteindre cet objectif, l’équipe de recherche réalise des mesures d’exposition individuelle aux particules fines pendant une période de 24 heures sur l’une des personnes en charge de la préparation des repas dans chacun des 820 ménages de son échantillon. Deux campagnes de mesures ont été menées avant la mise en place des interventions visant à faciliter l’accès des ménages au gaz, l’une en saison sèche et l’autre en saison des pluies. Une troisième campagne sera conduite en fin d’étude au moins 6 mois après l’acquisition des kits de cuisson au gaz par les ménages intéressés. L’étude REDGAS constitue ainsi un effort sans précédent en matière de collecte de données sur l’exposition individuelle aux particules fines en Afrique subsaharienne.

Les mesures d’exposition réalisées dans le cadre des enquêtes sur la situation de référence de l’étude REDGAS montrent que les personnes en charge de la préparation des repas sont exposées à environ 150 µg/m3 en moyenne sur 24 heures en saison sèche et à plus de 200 µg/m3 en saison humide. Le seuil au-delà duquel l’OMS considère que l’exposition est significativement nocive pour la santé est lui de seulement 15 µg/m3 en moyenne sur 24 heures. Les connaissances générées dans le cadre de cette étude confirment donc l’ampleur de l’enjeu de santé publique que constitue l’exposition aux particules fines dans les pays d’Afrique subsaharienne.

Comment ont été effectuées les mesures qui ont permis d’effectuer ces observations ? Sur le terrain, les enquêteurs en charge des mesures demandent à l’épouse du chef de ménage ou à la femme chef de ménage de porter durant 24 heures un dispositif composé d’un sélecteur de particules, d’une cassette contenant un filtre et d’une pompe aspirant l’air avec un débit constant. Le sélecteur de particules fines est positionné à hauteur d’épaule (voir Photos 1 et 2) afin de prélever un air d’une qualité équivalente à celui inhalé par la personne sur qui est réalisé le prélèvement. L’air entre dans le dispositif par le sélecteur qui rejette les particules de plus de 2,5 microns. Les particules d’une taille inférieure sont ensuite déposées sur le filtre grâce à l’effet d’aspiration de la pompe. Une fois la période de 24 heures terminée, le filtre est pesé sur une balance de haute précision et sa masse est comparée avec la masse mesurée avant le prélèvement. On rapporte ensuite la différence de masse au volume d’air pompé pour déduire l’exposition moyenne aux particules fines sur 24 heures de la personne ayant porté le dispositif. Cette variable est exprimée en microgrammes par mètre cube d’air (µg/m3).

Photo 1: Pompe raccordée au sélecteur de particules
Photo2: Démonstration, enquêtrice portant le dispositif

La procédure décrite ci-dessus est connue sous le nom de « méthode gravimétrique ». A ce jour, méthode de mesure qui rend compte de la manière la plus précise de la quantité de particules inhalée au cours de la période de mesure et ce en tenant compte de toutes les sources d’émissions auxquelles la personne a été exposée. Son principal inconvénient est le coût élevé de la mise en place du dispositif de mesure. Il est également possible d’estimer l’exposition aux particules fines d’une personne à l’aide de capteurs optiques moins onéreux mais également moins précis et plus sujets aux erreurs  de mesure.

Thomas Thivillon (Paris Dauphine University, PSL University, LEDa, CNRS, IRD)

REDGAS : Retours sur l’enquête de situation de référence

Entrepreneurs du Monde a créé NAFA NAANA (« Le bénéfice est arrivé » en langue locale) en 2012 pour rendre accessibles des solutions modernes et efficaces : lampes solaires, réchauds à gaz et foyers améliorés. L’objectif du programme est d’améliorer les conditions de vie des bénéficiaires, de permettre la réduction de la pollution de l’air intérieur, des dépenses de combustibles, et de la déforestation massive. L’enjeu de l’étude REDGAS est de déterminer si Nafa Naana atteint son objectif de réduction de l’exposition des ménages à la pollution de l’air grâce au remplacement du bois et du charbon par le gaz via ses réchauds améliorés.

Pesée du stock de bois d’un ménage à l’aide d’une balance dynamométrique (Crédit : Projet REDGAS)

L’enquête de situation de référence auprès de plus de 800 ménages (soit près de 4 000 individus) et la première phase de l’étude qualitative ont été réalisées entre fin 2019 et début 2020

Des mesures de qualité de l’air ont été réalisées sur une période de 24 heures pour chaque ménage. Pour réaliser ces mesures, l’une des personnes en charge de la préparation des repas était équipée d’un dispositif permettant de prélever les particules fines présentes dans son environnement. Un suivi de la consommation de combustible sur 72 heures a également été réalisé dans chaque ménage.

Caractéristiques et premiers résultats de l’enquête baseline REDGAS (Crédit : Entrepreneurs du Monde)

Ces premières données permettent d’établir la situation de référence des ménages en termes de qualité de l’air avant l’intervention REDGAS. Elles mettent en évidence un niveau d’exposition à la pollution de l’air extrêmement important avec une moyenne de 155 microgrammes de particules ultrafines par mètre cube d’air sur 24 heures.

Distribution de l’exposition individuelle aux particules de moins de 2,5 microns dans l’échantillon de ménages du projet REDGAS (moyenne sur 24h en µg/m3)

La hauteur de chaque barre indique la part des ménages de l’échantillon qui sont soumis à une concentration de particules fines donnée. Tous les ménages ont une exposition supérieure au niveau d’exposition sans risque pour la santé, représenté par la ligne en pointillés rouges

Ce niveau est plus de 6 fois supérieur à l’objectif de qualité de l’air établi par l’Organisation Mondiale de la Santé pour les particules fines ! L’exposition à un tel niveau de pollution de manière régulière sur une année implique une augmentation de 70% à 80% du risque de cancer du poumon et de cardiopathies ischémiques chez les femmes par rapport à un scénario sans pollution. Le risque d’infection respiratoire de type pneumonie est également doublé pour les enfants de moins de 5 ans.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search