Le pouvoir des images : une vidéo pour changer les normes sociales sur la violence conjugale ?  

Tournage de la vidéo par l’équipe d’Inspire Partner, février 2023. Source : Nina Filipkowski

Normes sociales et violences conjugales à Madagascar

À Madagascar, la violence domestique reste un problème répandu, exacerbé par des tensions financières et les normes de genre. Environ une femme sur quatre est victime de violences physiques de la part de son conjoint actuel ou précédent conjoint. Par ailleurs, notre enquête de référence menée en mai 2022 auprès de 2.000 micro-entrepreneurs dans la région des Hautes Terres à Madagascar a mis en lumière une perception d’une prévalence significative de la violence domestique au sein de cette population, résultant de la normalisation de ces pratiques.

Cependant, les signalements de cas de violences domestiques demeurent peu fréquents. Plusieurs raisons peuvent expliquer cette sous-déclaration et l’hésitation à solliciter de l’aide. La crainte de représailles, l’incrédulité ou la culpabilisation, ainsi que la honte et la stigmatisation sociale associées à la victimisation sont des éléments significatifs contribuant à ce silence. D’autres normes sociales en vigueur à Madagascar renforcent également la tendance à minimiser les violences domestiques. Par exemple, des normes qui banalisent certaines formes de violence, telles que “Tokan-trano fihafiana” signifiant “Vivre au sein d’un ménage exige de surmonter des épreuves”, ou la conviction que “Ce qui se passe à la maison doit rester à la maison”, ainsi que la culture du silence associée au mariage (où exposer ses problèmes personnels est considéré comme inapproprié ou honteux, “Ny tokantrano tsy ahahaka”) perpétuent l’idée que la violence domestique doit demeurer dissimulée et peuvent décourager les victimes de s’exprimer. De plus, le manque d’information sur les droits et les procédures à suivre en cas de violence, ainsi que sur le soutien offert par les travailleurs sociaux, peut conduire de nombreuses victimes à méconnaître l’existence de ces ressources qui pourraient les aider.

De plus en plus d’études explorent l’influence de l’information sur les connaissances, les attitudes et les comportements dans les pays en développement. Les programmes vidéo, notamment les médias de masse et les vidéos éducatives, sont des outils puissants pour diffuser l’information. Ces programmes vidéo ont la capacité de générer des changements significatifs sur les normes sociales, en particulier en modifiant les attitudes envers les femmes et en influençant les comportements liés à la santé, y compris la violence domestique. Notre étude s’inscrit dans la compréhension de l’impact de l’information via une vidéo de sensibilisation sur les normes sociales et les comportements liés à la violence domestique.

Notre intervention

“Je dénonce”: une vidéo documentaire

Avec une équipe de vidéastes et une graphiste, nous avons produit une vidéo documentaire de 15 minutes entièrement en malgache dans le but de sensibiliser les bénéficiaires d’une ONG de microfinance à la violence domestique. Les scénarios ont été élaborés en collaboration avec une psychologue spécialisée sur les violences basées sur le genre et des animatrices sociales expérimentées dans le soutien psychosocial des familles vulnérables. L’objectif principal de la vidéo est de diffuser des informations visant à remettre en question les croyances erronées sur la violence domestique. Elle aborde plusieurs points essentiels, notamment en informant les spectateurs sur les divers types de violence (physique, sexuelle, psychologique, et économique), leurs droits légaux, et les démarches pour témoigner et se faire aider (comme demander une aide médicale ou porter plainte). Elle met également en lumière le soutien et l’assistance offerts par les animatrices sociales de l’ONG partenaire, tout en mettant l’accent sur deux comportements souhaitables : le rejet de toute forme de violence et la possibilité de résilience pour les victimes.

La vidéo documentaire s’ouvre sur une séquence animée décrivant les expériences de trois familles, chacune mettant en lumière un contexte et une forme différente de violence. L’utilisation de l’animation permet une représentation de scènes de violence domestique sans impliquer d’acteurs réels pour ne pas heurter les spectateurs de manière direct. Le slogan “Je dénonce” apparaît après chaque scène, soulignant l’importance de dénoncer la violence.

Source : Lilou Tarting

Le documentaire se poursuit par une séquence vidéo sur les conséquences de la violence domestique, les démarches pour obtenir de l’aide pour les victimes, des témoignages[1] de survivantes, et les initiatives prises par l’ONG pour aider les victimes et les survivantes.

Simulation d’une visite médicale par une victime de violence conjugale, février 2023. Source : Nina Filipkowski

Notre approche consiste à utiliser un documentaire audiovisuel plutôt que des vidéos de type ludo-éducatif (comme les films et les séries) qui nous permet de mieux contrôler les messages véhiculés et de les adapter spécifiquement à la population cible. Les vidéos documentaires présentent plusieurs avantages qui peuvent renforcer leur efficacité dans la modification des attitudes et des comportements. Notre vidéo documentaire est adaptée et personnalisée pour s’aligner sur le contexte et les exigences spécifiques de l’ONG. Elle présente l’avantage d’être une approche rentable, car elle a été produite dans un délai court (quelques mois) et avec un budget modeste (quelques milliers d’euros). Elle peut également être facilement reproduite et adaptée à différents contextes.

Les documentaires ont le potentiel d’aborder des sujets tabous entourant la violence mais leur efficacité peut être entravé par le manque de services de soutien aux victimes après son visionnage.

Notre étude va au-delà des recherches précédentes en incorporant un programme de formation pour toutes les animatrices sociales. Ce programme de formation se concentre sur l’identification des victimes de violence domestique et sur la fourniture d’un soutien psychosocial. La combinaison de la vidéo documentaire et du programme de formation maximise le potentiel d’amélioration des connaissances, du signalement et des attitudes positives à l’égard de la violence domestique.

Une formation des animatrices sociales sur la violence domestique

En mars 2022, une formation de quatre jours sur la violence domestique a été dispensée aux animatrices sociales de l’ONG partenaire par une psychologue malgache spécialisée dans les VBG. L’objectif était de renforcer leurs connaissances sur les violences et leurs compétences en accompagnement des victimes de violences conjugales, en les dotant des outils nécessaires pour adapter ces connaissances à leurs contextes locaux et à leur cadre professionnel. Cette formation interactive a employé diverses méthodes, dont des ateliers pour discuter de leurs perceptions des violences, des techniques participatives basées sur l’expérience des participantes dans l’accompagnement des victimes et survivantes de violences conjugales, des présentations avec diapositives, du matériel de formation, ainsi que des exercices en binôme ou en groupe. Les thèmes abordés comprenaient l’identification des cas de violence, les cadres juridiques, et l’approche envers les victimes, avec des exercices pratiques sur les techniques d’écoute et d’entretien.

En septembre 2023, une deuxième formation de trois jours a été organisée avec la même équipe d’animatrices sociales. Elles ont discuté des cas de violence auxquels elles avaient été confrontées depuis le début du projet, affinant ainsi leur approche et répondant à leurs préoccupations éventuelles. De plus, elles ont bénéficié d’un soutien psychologique individuel de la part de la psychologue.

Ces formations sont primordiales pour la santé et l’accompagnement des victimes et des animatrices sociales qui peuvent être confrontées à des histoires de violences graves. En effet, ce projet soulève d’importantes questions éthiques liées à la sécurité et au bien-être des participants, ainsi que des animatrices et des enquêteurs impliqués. La nature sensible du sujet peut potentiellement exposer les participants à une détresse émotionnelle et à des préjudices. Dans le cadre des programmes de formation des animatrices sociales, la psychologue a souligné l’importance de la gestion des émotions et le recul face aux récits de violence. L’ONG est également en train d’établir des partenariats avec des associations spécialisées afin de soutenir davantage leurs efforts de lutte contre les violences. En outre, un fonds d’urgence a été créé pour aider les victimes qui ont besoin d’un soutien immédiat suite à leur signalement (par exemple l’engagement de démarches auprès de la justice ou un accompagnement médical).

Nous souhaitons observer des changements dans quatre domaines. Nous nous attendons (1) à une meilleure connaissance des types de violence, des droits et des procédures ; (2) à une augmentation du nombre de cas de violence domestique signalés aux travailleurs sociaux et (3) à une diminution des attitudes qui justifient la violence domestique. Nous explorons également l’influence du programme sur le bien-être psycho- logique et émotionnel des femmes (4), y compris la santé mentale, la présence de VPI et l’espoir. La direction des effets sur cette dernière série de résultats n’est pas connue a priori.

Ces vidéos sont-elles efficaces ? un essai randomisé

Notre évaluation d’impact consiste à randomiser la diffusion de la vidéo sur les violences domestiques sur une période de 8 mois (mai à décembre 2023) auprès de 7 agences de l’ONG de microfinance d’Antsirabe. La vidéo est intégrée aux activités menées lors de la “journée d’attribution des prêts”, une réunion de groupe organisée chaque semaine pour que les demandeurs de prêts acceptés signent les contrats de prêt et de mutuelle santé et rencontrent les animatrices sociales. Dans le groupe d’intervention, la vidéo est diffusée lors de cette réunion, tandis que dans le groupe témoin, les activités sont identiques, à l’exception de l’absence de la vidéo. Dans chaque agence, la vidéo est diffusée lors de certains mois choisis de manière aléatoire. De plus, les différentes agences ne diffusent pas la vidéo durant les mêmes mois, pour éviter les confondre les effets de saisonnalité/période et les effets dus à la vidéo. Comme les demandeurs de prêts ne sont présents qu’une seule fois à l’agence, nous nous retrouvons avec un groupe de bénéficiaires qui a regardé la vidéo et un autre qui ne l’a pas regardée, pour chacune des 7 agences.


Nous prévoyons la participation d’environ 5.700 personnes sur une période de 8 mois, réparties équitablement entre groupe d’intervention et groupe témoin. Lors de la journée d’attribution du prêt, les animatrices sociales administreront individuellement un court questionnaire à chaque bénéficiaire à l’aide d’une tablette. Ce questionnaire vise à recueillir des informations sur leurs connaissances des différents types de violence domestique, les droits et les procédures disponibles pour les victimes, leur attitude à l’égard de la légitimité de la violence et de la résilience des victimes. Un second questionnaire sera utilisé pour enregistrer tous les cas de violence signalés auprès de l’ONG au cours de la période d’étude. Afin d’approfondir les différents aspects liés au visionnage de la vidéo (compréhension des messages, expériences de violence, attitudes envers la violence) et l’influence de différents facteurs modérateurs (tels que le statut d’autonomisation, le risque de violence domestique, l’environnement familial, la conformité aux normes sociales), une enquête quantitative et qualitative sera réalisée auprès des bénéficiaires 6 mois après la fin de l’intervention.


[1] Bien que le public cible principal soit les femmes, car elles sont les premières victimes de la violence domestique, le documentaire reconnaît également que la violence domestique peut toucher les hommes. Par ailleurs, nous avons choisi de ne pas inclure de témoignages d’anciens auteurs de violences, car donner de faux espoirs ou suggérer que les auteurs peuvent facilement changer peut-être préjudiciable aux victimes. En outre, nous nous abstenons d’aborder les auteurs de violence, car l’accompagnement des auteurs de violence exige des compétences spécialisées qui dépassent le champ d’action des travailleurs sociaux.

Delphine Boutin Nina Filipkowski Rita Abdel Sater

Etats des lieux des violences conjugales auprès des micro-entrepreneurs à Madagascar

À Madagascar, la violence domestique reste un problème répandu, exacerbé par des tensions financières et les normes de genre, et parfois par les programmes eux-mêmes. L’enquête baseline pour cette étude, menée en mai 2022 auprès de 2.000 micro-entrepreneurs à Madagascar a mis en lumière une perception d’une prévalence significative de violence domestique au sein de cette population. Ceci semble résulter de la normalisation des violences notamment en raison de la négligence supposée des enfants ou la désobéissance au mari.

Microcrédit et violences conjugales : quels liens ?

Les femmes bénéficiaires de microcrédit représentent une population potentiellement plus résistante à la violence domestique, soit par auto-sélection (ces femmes sont au départ plus autonomes), soit parce que les prêts diminuent le stress au sein des ménages et augmentent l’autonomie financière des femmes, ce qui peut conduire à une diminution de la violence domestique.

Cependant, l’octroi de microcrédits peut entraîner des conflits au sein du ménage. Dans les sociétés où la violence est tolérée socialement et les rôles traditionnels des sexes profondément enracinés, l’indépendance financière des femmes peut intensifier les tensions et déclencher des actes violents, les hommes cherchant à rétablir leur supposée autorité. La nouvelle activité économique de la femme, peut également entraîner des conflits au sein des ménages liés à la garde des enfants et au travail domestique. La coercition économique, caractérisée par la surveillance et les restrictions des activités économiques et des ressources des femmes, constitue une autre forme de violence. De plus, la pression liée aux remboursements de prêts peut exercer des contraintes sur les relations au sein des couples.

Néanmoins, les preuves empiriques sur l’impact de la participation économique des femmes sur la violence domestique sont mitigées, certaines études montrant une augmentation de la probabilité de violence, tandis que d’autres n’observent aucun effet significatif.

Attitudes face aux violences conjugales au sein des micro-entrepreneurs

« 20% des femmes et 16% des hommes estiment que la violence est justifiée quand la femme néglige les enfants »

Dans une enquête de référence réalisée en mai 2022 auprès de 2 000 micro-entrepreneurs dans les régions d’Itasy et Vakinankaratra, nous avons interrogé à la fois les hommes et les femmes sur leur perception de la prévalence de la violence domestique. Les résultats montrent que la violence domestique au sein des ménages de microentrepreneurs est perçue comme très répandue. Par exemple, 50 % des femmes estiment qu’une avec la même situation qu’elle qui serait entrepreneuse, pourrait être confrontée à des cris et des disputes au sein de son ménage, tandis que 37 % pensent qu’elle pourrait être physiquement maltraitée par son mari. 45% des femmes interrogées pensent que cette femme n’aurait pas d’expériences avec la violence domestique, sous quelque forme que ce soit. Ces proportions sont sensiblement identiques pour les hommes répondants, suggérant que leur vision de l’expérience des femmes entrepreneures est similaire à celle des femmes répondantes.  La perception de la prévalence de la violence dans note échantillon de micro-entrepreneurs se rapproche des taux de violence déclarés pour toutes les femmes dans ces mêmes régions (enquête Multiple Indicator Cluster Survey, 2018).

Lorsque interrogées sur la possibilité de telles situations pour elles-mêmes, 62 % des répondantes ont répondu négativement, 10 % ont évoqué des violences morales ou psychologiques, 6 % des violences physiques, et 7 % toutes les formes de violence.

Notes : Il y a des cris ou des disputes dans son foyer “Cris et disputes” ; Sa famille la traite mal “Maltraitance par la famille” ; Son mari l’a déjà poussée, frappée ou giflée “Violences physiques” ; Son mari l’a déjà insulté ou lui a fait se sentir mal dans sa peau “Violences psychologiques” ; Son mari l’a déjà contrainte physiquement à avoir des rapports sexuels ou à accomplir tout autre acte sexuel contre sa volonté “Violences sexuelle”

Nous avons aussi exploré les croyances des femmes et des hommes micro entrepreneurs concernant la justification de la violence domestique dans différentes situations. Presque tous les répondants affirment que la violence physique d’un mari n’est pas justifiée en cas de perte d’emploi, de mauvaises nouvelles ou de consommation d’alcool. Une minorité (9 % des femmes et 10 % des hommes) considère la violence domestique comme justifiable si la femme désobéit à son mari. On remarque que la part de femmes et d’hommes justifiant la violence en cas de négligence des enfants est beaucoup plus élevée que par rapport aux autres motifs, elle s’élève à 20% des femmes et 16% des hommes. Toutefois, cela reste inférieur aux données nationales. L’enquête MICS Madagascar menée par l’Institut National de la Statistique en 2018 montre que 34% des femmes et 23% des hommes interrogé pensent que la violence est justifiée en cas de négligence des enfants. Ces pourcentages ne diffèrent pas selon l’âge, la zone d’habitation ou le niveau d’éducation du répondant. Ceci implique que la négligence des enfants serait l’un des plus importants canaux par lequel l’accès au microcrédit peux exacerber la violence domestique ; en effet on peut s’attendre à ce qu’une participation accrue aux activités économiques, par exemple, réduise le temps disponible pour les tâches domestiques et la garde des enfants.

L’enquête a également permis à certaines femmes de partager spontanément leurs expériences de violence conjugale, mettant en lumière une réalité souvent cachée. Parmi les 1 203 femmes interrogées, 102 ont témoigné de violences subies, que ce soit de la part de leur conjoint actuel ou précédent. Les enquêtrices ont rapporté des exemples édifiants, dont des cas de violences morales et physiques, ainsi que des femmes ayant préféré ne pas demander d’aide malgré des suggestions. De plus, 10 personnes interrogées ont été témoins ou ont eu connaissance de cas de violence dans leur entourage, provoquant des émotions vives, L’enquête a également permis à certaines femmes de partager spontanément leurs expériences de violence conjugale, mettant en lumière une réalité souvent cachée. Parmi les 1 203 femmes interrogées, 102 ont témoigné de violences subies, que ce soit de la part de leur conjoint actuel ou précédent. Les enquêtrices ont rapporté des exemples édifiants, dont des cas de violences morales et physiques, ainsi que des femmes ayant préféré ne pas demander d’aide malgré des suggestions. De plus, 10 personnes interrogées ont été témoins ou ont eu connaissance de cas de violence dans leur entourage, provoquant des émotions vives, notamment de la tristesse et du stress. Quatre hommes ont également admis avoir exercé des violences envers leur conjointe.

Delphine Boutin Nina Filipkowski Rita Abdel Sater

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search