PEN, Éducation parentale et petite enfance au Népal : Retours de terrain

En partenariat avec les ONG Planète Enfance et Développement (PE&D) et Prayas, le projet PEN vise à évaluer l’impact d’une campagne d’éducation parentale destinée aux parents d’enfants de moins de 3 ans, dans la région rurale de Gajuri, au centre du Népal. Les sciences sociales ont en effet largement montré que les 1000 premiers jours de la vie étaient déterminants pour le développement futur de l’enfant. Dans un contexte où crèches et écoles maternelles sont rares et peu fréquentées, le rôle des parents est crucial.  Ce sont les parents qui représentent la principale source d’éveil, d’apprentissage et de développement de l’enfant. Dans ce cadre, l’intervention va consister en 15 sessions d’éducation parentale visant à former les parents aux bonnes pratiques à adopter avec son enfant (hygiène, santé, jeu, perspectives d’avenir, égalité de genre).

Plus précisément, le projet PEN comprend 4 étapes :

  1. la définition du protocole expérimental avec PE&D et l’Institut for Social and Environmental Reserach-Nepal (ISER-N), le partenaire scientifique : constitution de 100 groupes de 10 ménages dont  une moitié sélectionnée au hasard bénéficiera de la campagne d’éducation parentale et l’autre non,
  2. la collecte de données baseline auprès des 1000 ménages,
  3. les 15 sessions d’éducation parentale proposées sur une durée de 12 mois et enfin,
  4. la collecte de données endline.
Localisation des ménages avec enfants de 0-3 ans (points) et des écoles (livres) dans le district de Gajuri.
Recensement effectué en novembre 2021

La collecte de données baseline a débuté en septembre 2022 pour s’achever à la fin de ce même mois.  1000 ménages ayant au moins un enfant de moins de 3 ans doivent être échantillonnés et enquêtés. Ils répondent à trois questionnaires :

  • le questionnaire de recensement de tous les membres du ménage qui informe sur leurs principales caractéristiques (sexe, âge, statut marital, niveau d’éducation, activité professionnelle) ;
  • le questionnaire destiné au chef de ménage qui porte sur les actifs du ménage, la sécurité alimentaire, les migrations au sein du ménage, mais aussi les croyances et les attitudes des parents envers leur enfant ; et enfin,
  • le questionnaire destiné à la personne s’occupant directement de l’enfant (le caregiver) qui vise notamment à mesurer l’état de santé de l’enfant, son développement, son environnement (a-t-il des jouets, des livres, etc. ?) et à évaluer les aspirations pour cet enfant.

Lors de la mission réalisée en août-septembre 2022, l’équipe de recherche a pu tester la programmation des questionnaires sur tablette, participer à la formation des enquêteurs qui s’est tenue dans les locaux de l’ISER-N, et suivre le pilote des questionnaires sur le terrain. En raison du thème de l’étude, la petite enfance, l’ISER-N a privilégié le recrutement d’enquêtrices. Toutes sont étudiantes à l’université de Gajuri.  L’équipe de recherche a pu accompagner certaines d’entre elles sur le terrain, dans une zone reculée qui compte une majorité de ménages Chepangs, un des groupes ethniques les plus pauvres du Népal. Elle a pu observer le sérieux des enquêtrices et la disponibilité des ménages à répondre à une enquête pouvant durer plus de deux heures.

Habitat Chepang, hameau du ward 3, enquêté le 9 septembre 2022
Source : équipe de recherche

Parallèlement à la préparation de l’enquête baseline, cette mission a aussi permis à l’équipe de recherche d’assister à des sessions d’éducation parentale animées par les travailleurs sociaux de Prayas au sein des écoles. Ces sessions traitent notamment du lien parents-enfants-école et sont destinées aux parents d’enfants de plus de 3 ans inscrits en préscolaire. Les thèmes abordés, le public visé et les modalités de mise en œuvre seront différents dans la campagne d’éducation parentale que le projet PEN va évaluer. Néanmoins, l’assiduité des mères, que l’équipe de recherche a pu observer, de même que leur intérêt pour la petite enfance, leur écoute du travailleur social et leur aisance à interagir avec le reste du groupe sont autant de signaux positifs et encourageants pour le projet PEN.

Un travailleur social, conduisant une session d’éducation parentale dans le ward 8, 7 septembre 2022
Source : équipe de recherche

L’intervention évaluée par le projet PEN va consister en 15 sessions de formation, réalisées auprès de groupes de parents d’enfants de 0 à 3 ans. Elle débutera en janvier 2023. Les sessions, conduites par des travailleurs sociaux, seront réalisées dans un endroit central (école ou autre lieu public), accessible pour tous les ménages de la communauté.

Fin de la session du 7 septembre 2022 : Le travailleur social fait le bilan des apprentissages avec les participantes
Source : équipe de recherche

Les effets attendus de cette campagne d’éducation parentale sont nombreux. Ils seront mesurés lors de l’enquête endline, réalisée début 2024. Outre un développement cognitif et non cognitif plus important pour les enfants dont les parents ont assisté aux sessions de formation, les interactions entre parents et enfants sont aussi supposées s’intensifier.  Enfin, une telle campagne devrait agir sur les parents eux-mêmes, sur la qualité du temps passé avec l’enfant, le pouvoir de décision des mères, leurs opinions, attitudes et comportements vis-à-vis de leurs enfants.  Dans un contexte de forte préférence pour les garçons, il sera ainsi intéressant d’évaluer l’efficacité de l’intervention sur les disparités entre filles et garçons.

Florence Arestoff, Olivia Bertelli, Elodie Djemai

PEN, Éducation parentale et petite enfance au Népal

L’intervention évaluée s’inscrirait dans une palette plus large d’actions mises en œuvre par l’ONG Planète Enfance et Développement dans la municipalité de Gajuri, au Népal, et consisterait à former un groupe de parents sur les attitudes et activités visant à améliorer la croissance de leur enfant.

Cette évaluation d’impact randomisée s’étendra de 2022 à 2023 et sera menée par une équipe de recherche composée de Meenakshi Dahal (Kathmandu Univ.), Dirgha Ghimire et Uttam Sharma (ISER-N) ainsi que de Florence Arestoff, Olivia Bertelli et Elodie Djemaï (IRD). Elle permettra de mesurer l’impact de ce programme d’éducation parentale sur le développement cognitif et non-cognitif des enfants, dans un pays où la norme sociale de préférence pour les fils persiste encore. La question centrale est de savoir si le fait de fournir aux personnes s’occupant des enfants (les caregivers) des informations sur le développement de la petite enfance  et proposer différentes pratiques éducatives améliore le développement cognitif et non-cognitif de leurs enfants. L’intervention aura un cadre théorique (le pourquoi) puis des mises en pratique (le comment) : concrètement, comment réagir si l’enfant n’obéit pas, comment éviter les accidents domestiques, comment jouer avec lui etc. Les résultats mesurés concerneront donc en premier lieu l’évolution des connaissances, des aspirations et des attitudes des parents envers leurs filles et leurs fils de moins de 6 ans, mécanismes à travers lesquels un impact sur l’enfant est attendu. En outre, l’impact final du programme sur le développement cognitif et non cognitif des enfants sera évalué, avec une attention particulière pour les différences entre les garçons et les filles.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search