Se baser sur le terrain pour mieux cibler l’intervention : Une étude socioanthropologique en baseline

Au Burkina Faso, l’utilisation du gaz de pétrole liquéfié (GPL) demeure peu élevée malgré le fait qu’il soit relativement peu polluant, facile d’accès et a un coût relativement réduit grâce à la politique de subvention actuellement en vigueur pour les consommateurs domestiques[1].

Depuis 2018, le projet REDGAS (« Randomized Evaluation of the Demand for LPG Stoves and of the Associated Effects on Household Air Pollution, Greenhouse Gas Emissions and Well-Being in Burkina Faso ») est mis en œuvre pour tester différente manières de promouvoir l’utilisation du GPL et faciliter son acquisition par les ménages pauvres dans le pays. Avant de commencer cette expérimentation, et pour mieux dimensionner l’intervention et augmenter son efficacité, une équipe de socio-anthropologues du Centre Muraz a réalisé une étude qualitative visant à analyser :

  • les attitudes et les pratiques des ménages concernant l’utilisation des combustibles traditionnels,
  • l’organisation de la préparation des repas,
  • les connaissances, attitudes et pratiques des ménages sur le réchaud à gaz de pétrole liquéfié (RGPL),
  • l’acceptabilité de l’utilisation du RGPL,
  • les inquiétudes ou obstacles liés à l’adoption du RGPL,
  • les facteurs susceptibles d’influencer positivement ou négativement le déroulement du projet REDGAS et
  • les meilleures stratégies à mettre en œuvre pour la réussite du projet REDGAS.

L’étude qualitative a été menée dans trois villes du Burkina Faso ciblées par le projet global : Kombissiri, Manga et Pô. Les enquêteurs ont collecté les informations nécessaires auprès des femmes ou des hommes faisant partie des ménages n’utilisant pas le RGPL, des leaders d’opinion, d’autorités politico-administratives locales, de responsables religieux, de responsables d’associations, de responsables de structures de micro finance, etc. Au total 175 personnes ont pris part à cette étude de façon individuelle (70) ou en groupe (105).

Quelques messages clés ont été retenus :

Les pratiques autour la préparation des repas 

L’étude socio-anthropologique a montré que dans la quasi-totalité des ménages, la cuisine se faisait généralement une fois par jour, le plus souvent le soir, en quantité suffisante pour deux repas (soir et midi). La gestion des tâches ménagères et la plupart des dépenses que cela nécessite relevaient de la responsabilité des femmes. La fourniture des ménages en céréales relevait de la responsabilité des hommes ou de la récolte familiale.

L’utilisation des combustibles traditionnels

La quasi-totalité des ménages rencontrés utilisaient exclusivement le bois comme combustible pour la cuisine. Le bois, financièrement accessible ou gracieusement fourni par la nature, était perçu comme le combustible le plus efficace pour la cuisson. Toutefois, malgré ses avantages économiques et sociaux, les enquêtés ont déclaré que l’utilisation du bois avait beaucoup d’inconvénients sur les plans sanitaire, (toux, problèmes respiratoires, problèmes de visions avec des risques de cécité, maladies de la chaleur, etc.) et environnemental (pollution de l’air)

Concernant la perception de la pollution, la majorité des enquêtés dans les 3 villes trouvait que l’air respiré était pur et donc de bonne qualité. Ceux qui estimaient que l’air était de mauvaise qualité liaient cette situation à des facteurs comme la poussière dégagée par la circulation des moyens de locomotion de plus en plus croissants, la coupe abusive du bois, les feux de brousse, les fumées des grillades, etc.

Les barrières et leviers à l’utilisation du réchaud à gaz de pétrole liquéfié

Grâce à ses avantages économiques, sociaux et sanitaires, l’utilisation du RGPL pour la cuisson est très appréciée par la quasi-totalité des répondants. Cependant beaucoup de rumeurs ou croyances circulent sur le RGPL. Le RGPL était disponible dans les marchés et dans les différentes boutiques mais son accessibilité financière restait limitée et la plupart des ménages profitaient des périodes de promotions du RGPL pour s’en procurer.

La réaction au projet REDGAS

Après explication des huit points du projet REDGAS (voir encadré), les enquêtés ont affirmé avoir bien compris le projet. Et la plupart d’entre eux était capable de synthétiser les points majeurs. REDGAS a été perçu comme un projet novateur : « c’est la première fois qu’on entend parler d’un tel projet qui veut motiver la population à utiliser le gaz. C’est bien parce que le bois est de plus en plus difficile d’accès » (Ma-CM 8) ; ou d’une aide qui va permettre aux populations d’avoir accès aux RGPL : « C’est un bon projet, moi depuis que je suis né je n’ai jamais utilisé le gaz, donc ce projet est une bonne opportunité pour avoir le gaz » (Po-FG F).

En marge des appréciations positives, le contenu du projet a également suscité un certain nombre de questions et d’inquiétudes chez les enquêtés. Ces questions étaient relatives à la vraisemblance du projet, à l’accessibilité financière et géographique, aux conflits et réticences que pourrait susciter la répartition aléatoire des ménages en trois groupes inégaux, à la responsabilité des ménages en cas de perte ou de dégâts causés sur les appareils, aux dispositions qui seront prévues par le projet si l’air mesuré dans les ménages s’avère être de mauvaise qualité, etc.

Les enquêtés ont conclu que le projet REDGAS est pertinent, acceptable et faisable dans leur contexte (Kombissiri, Manga et Pô).

Etapes du projet REDGAS
 
1)     Proposer la participation aux ménages durant environ 7 mois et réaliser un premier entretien d’environ 3h sur les caractéristiques des ménages et sur leurs habitudes liées à la préparation et à la cuisson des aliments ;

2)     Repasser aux domiciles des ménages, après ce premier entretien, pour une courte visite d’environ 30 minutes par jour pendant 4 jours pour peser les combustibles des ménages et à leur poser quelques questions complémentaires ;

3)     Inviter, à la suite des quatre visites, les responsables des ménages à participer à un tirage au sort pour entrer dans un des trois groupes du projet : le premier groupe aura un bon d’achat à crédit en 4 mensualités du RGPL, le deuxième groupe aura un bon d’achat leur permettant d’acheter le RGPL à un prix réduit mais au comptant (sans la possibilité de payer à crédit), le troisième groupe aura également un bon d’achat du RGPL dans les conditions ordinaires de la localité. Le comportement des ménages de chacun des groupes des trois groupes (par rapport au bon) sera suivi pendant quelques mois ;

4)     Revenir dans les mêmes ménages, environ 6 mois après, pour refaire le même entretien d’environ 3 h comme la première fois ;

5)     Repasser aux domiciles des ménages pour une courte visite, d’environ 30 minutes, qui sera aussi réalisée quatre fois ;

6)     Mesurer la qualité de l’air autour des domiciles à l’aide d’un petit appareil de la taille d’une grosse boite d’allumettes pendant qui sera porté par un membre de chaque ménage durant 24 h ;

7)     Mesurer la température de certains foyers de cuisson à l’aide d’un petit appareil ;

8)     Faire de temps en temps faire des photos au sein des ménages.

Abdramane Berthe (Centre Muraz)

Rita Abdel Sater (AFD)


[1] Projet MEPRED, Vision 2020 de l’accès aux services énergétiques modernes. Janvier 2008, Ministère des Mines des Carrières et de l’Energie: Ouagadougou. p. 72.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search