Chèque Santé au Cameroun

Contexte

Au Cameroun, la santé maternelle et néonatale reste un des grands problèmes de santé publique. C’est pour répondre à cet enjeu, et parce que les solutions médicales permettant de prévenir ou prendre en charge les complications existent, que le projet Chèque-santé a été mis en œuvre dès 2015 par le gouvernement camerounais, avec l’appui de l’AFD et la KfW, dans le but de réduire la mortalité maternelle et néonatale. Le chèque-santé (CS) est un mécanisme de prépaiement permettant à une femme d’être suivie tout au long de sa grossesse, d’avoir un accouchement sécurisé et de bénéficier d’un suivi postnatal pour elle-même et son bébé après l’accouchement.

En parallèle, le Financement Basé sur la Performance (FBP) a progressivement été mis en œuvre par la Banque Mondiale dans toutes les structures offrant le CS dans ces trois régions.

Peu d’expériences de financement de la santé ayant atteint le degré de sophistication à l’œuvre dans la construction du Chèque Santé mis en œuvre par le gouvernement camerounais et financé par l’AFD, il apparaît capital de mesurer les impacts de ce type de projet complexe et coûteux. L’évaluation portera ainsi sur l’impact de la mise en œuvre du Chèque Santé, déployé progressivement au sein des formations sanitaires (FOSA) camerounaises, sur l’accès aux soins de santé des femmes enceintes et des nouveaux-nés, sur la mortalité maternelle et sur l’évolution de la qualité des soins.

Objectifs et questions de recherche

En s’appuyant sur une analyse des données existantes issues du dispositif de suivi du Chèque Santé et des données sanitaires de routine, cette évaluation quasi-expérimentale permettra de mesurer les impacts du Chèque Santé sur l’utilisation des services de santé maternelle.

1) Les femmes enceintes qui ont adhéré au CS sont-elles plus nombreuses à suivre des consultations prénatales que les femmes qui n’ont pas adhéré ? Les commencent-elles plus tôt ? En suivent- elles plus ?

2) Sont-elles plus nombreuses à accoucher dans les FOSA ? A avoir accès à la césarienne ? A suivre des consultations post-natales (et à en suivre plus) ?

3) Quelle est l’incidence du FBP sur la capacité du CS à améliorer l’utilisation des services maternels par les femmes enceintes ?

4) La qualité des soins délivrés est-elle meilleure dans les FOSA avec le CS que dans les FOSA sans CS ?

5) La mortalité des femmes ayant adhéré au CS et de leurs nouveaux nés est-elle significativement inférieure à celle des femmes n’ayant pas adhéré au CS (et/ou fréquentant des FOSA sans CS) ?

Enquêtes et méthodologie

Cette évaluation mobilisera en premier lieu pour l’analyse les données existantes (données de routine du projet et données issues du Système National d’Information Sanitaire au cœur de l’analyse principale), en accord avec un positionnement méthodologique de PAIRES affirmant l’importance d’évaluer l’impact des interventions de développement, ici de santé publique, en s’appuyant sur les systèmes d’informations statistiques nationaux afin de guider la décision publique. Ils s’appuieront également sur des enquêtes auprès du personnel des FOSA et des femmes enceintes qui fréquentent les FOSA.

Équipe de recherche

L’équipe de recherche est constituée de Benjamin Fomba et Dimitri Tchakounte (Université Yaoundé 2) ainsi que de Martine Audibert et Marion Ravit (IRD).

L’évaluation d’impact se déroulera en 2022 – 2023 et, grâce à une collaboration étroite avec les autres bailleurs (KfW pour le Chèque Santé, Banque Mondiale pour le Financement Basé sur la Performance), permettra de tirer les enseignements de l’évaluation du chèque santé mis en œuvre seul ou en parallèle du Financement Basé sur la Performance (FBP).

Téléchargez la plaquette d’information de l’évaluation

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search