Déforestation et dégradation dans le Bassin du Congo

Contexte

Les forêts du bassin du Congo couvrent environ 180 millions d’hectares représentant
le second massif forestier tropical.

A l’échelle locale et régionale, ces forêts constituent les ressources de plus de 40 millions de personnes, une source financière pour les États par l’exploitation du bois d’œuvre et
contribuent à la régulation du débit des grands fleuves. Environ 50 millions d’hectares
de forêt, soit 28% de la superficie totale, ont été alloués à des permis d’exploitation forestière et les aires protégées couvrent 45 millions d’hectares. Les gouvernements de la région ont adopté de nouvelles lois et normes pour réformer l’industrie du bois afin de garantir une exploitation durable des forêts.

Dans le cadre de ces nouvelles règles, la gestion des forêts de production repose sur
l’élaboration par les sociétés forestières d’un plan d’aménagement forestier (PAF),
comme outil de gestion de leur concession validé par l’administration.

Grâce à une évaluation quasi-expérimentale basée sur des données satellitaires et de la télédétection, il s’agit d’évaluer l’impact des PAF sur l’utilisation des ressources forestières à moyen terme dans le Bassin du Congo. Des enquêtes socioéconomiques auprès des habitants viendront ensuite documenter les mécanismes sous-jacents des résultats environnementaux ainsi que l’évolution des conditions de vie et de travail des populations locales.

Objectifs et questions de recherche

A l’aide d’images satellitaires et de données d’enquêtes auprès des ménages, ce projet de
recherche vise à élargir la compréhension des impacts environnementaux et sociaux des plans d’aménagement forestier (PAF) et de la certification dans les concessions forestières du Bassin du Congo.

1) Comment la déforestation a-t-elle évolué parmi les concessions ayant validé leur PAF par rapport à la dynamique des changements forestiers détectés dans les concessions actives sans PAF ?

2) Comment les indicateurs de dégradation des forêts et de la biodiversité varient-ils en fonction du type de mode de gestion et certificats détenus par les concessions forestières ?

3) Comment les conditions de vie et les droits des travailleurs et de la population

4) Locale – vivant dans ou à proximité desconcessions – varient-ils entre les concessions selon la présence d’un PAF validé ou d’un certificat FSC ?

  • Ce projet propose d’inclure dans son périmètre des résultats liés à la dégradation de la forêt (altération des qualités de la forêt comme la biodiversité ou les services écosystémiques) et pas seulement à la déforestation.
  • Il s’agirait par ailleurs d’étendre la fenêtre temporelle d’analyse pour appréhender la persistance dans le temps de l’impact positif documenté car l’impact peut être différent suivant le moment d’enregistrement du PAF : la réduction de la déforestation pourrait ne pas se reproduire pour les nouvelles concessions enregistrant un PAF, car certaines seraient détenues par de nouvelles sociétés d’exploitation forestière pouvant fournir du bois à des marchés différents, où l’importation n’est pas limitée à 100 % de bois tropical durable vérifié.

Enquête et méthodologie

La première composante de cette étude s’appuiera sur de l’imagerie satellitaire et visera à observer l’ensemble des concessions forestières avec et sans PAF dans toute la région.

Différents groupes de comparaison ou de “traitement” seront déterminés pour chaque type de concession forestière en fonction des calendriers de mise en œuvre des activités.


Pour étudier les aspects socio-économiques, des enquêtes ménages seront menées dans les zones dotées de concessions forestières avec et sans PAF. Le principal objectif de ces
enquêtes sera la production de statistiques descriptives comparables sur les dimensions
environnementales, sociales et économiques des concessions afin d’aider à identifier les
mécanismes sous-jacents des résultats environnementaux. L’équipe de recherche mobilisera également les données existantes provenant des Enquêtes Démographiques et de Santé pour décrire les variations de conditions de vie des population entre les localités en fonction des caractéristiques des concessions.

Équipe de recherche

L’équipe de recherche est composée de l’économiste Kenneth Houngbedji (IRD), l’économiste Benois Mertens (IRD), le sociologue Paolo Cerutti (CIFOR) et le géographe Jean-Sylvestre Makak (GEOCOM, Libreville)

Leurs analyses, qui devraient s’étendre de 2022 à 2026, constituent un volet complémentaire de l’évaluation cofinancée par l’AFD et le FFEM finalisée en 2020 qui a permis de documenter l’impact positif des PAF sur la déforestation et a donné lieu à une première publication dans le journal Ecological Economics. Cette nouvelle phase de l’évaluation permettrait d’approfondir l’analyse et d’ouvrir de nouveaux champs de réflexion quant aux aspects suivants :


Téléchargez la plaquette d’information de l’évaluation

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search