PEN, Éducation parentale et petite enfance au Népal

Retrouvez toutes les actualités de l’évaluation PEN ici !

Contexte

Malgré des progrès récents en termes de réduction de la pauvreté, le Népal reste l‘un des pays à la croissance la plus lente d’Asie, avec un revenu par habitant en décrochage par rapport à celui de ses pairs régionaux, ce qui en fait le pays le plus pauvre d’Asie du Sud et le 17e pays le plus pauvre du monde (USAID, 2021).


Néanmoins, les mentalités et les modes de vie évoluent au Népal, en particulier à travers un accès accru des femmes à l’emploi. Celles-ci restant encore souvent les personnes principales en charge des jeunes enfants, il en résulte des enjeux en termes de développement de la petite enfance, qui se traduit pour les jeunes enfants (3 à 6 ans) par un taux croissant de scolarisation préscolaire (maternelle) à l’échelle nationale : de 12% en 2000, il est passé à 86% en 2017 (UNICEF, 2019). Ce taux cache
néanmoins de nombreuses hétérogénéités et les familles les moins aisées
restent peu conscientes de l’intérêt de la préscolarisation et des besoins spécifiques des jeunes et très jeunes enfants (y compris les 0 – 3 ans), d’où une fréquentation préscolaire de ces jeunes enfants deux fois plus faible que dans les familles les plus aisées.

Les interventions ciblant la petite enfance permettent des effets durables, notamment par le biais de meilleurs résultats scolaires. Face à ces enjeux, l’ONG française Planète
Enfance et Développement (PED), en lien avec l’ONG népalaise Prayas, intervient en zone rurale dans la municipalité de Gajuri.

L’intervention évaluée vise à améliorer la croissance de leur enfant. Un curriculum serait développé et donnerait lieu à 15 sessions de formation de groupe étalées sur 1 an. Elles couvriraient une diversité d’aspects visant le développement cognitif et non-cognitif des enfants et notamment les compétences parentales, le développement moteur et psychique, la santé des enfants, la nutrition, l’hygiène, l’apprentissage par le
jeu, la protection des enfants etc.

Objectifs et questions de recherche

Cette évaluation vise à mesurer l’impact de ce programme d’éducation parentale sur le développement cognitif et non-cognitif des enfants, dans un pays où la norme sociale de préférence pour les fils persiste encore.

La question centrale est de savoir si le fait de fournir aux personnes s’occupant des enfants (les caregivers) des informations sur le développement de la petite enfance  et proposer différentes pratiques éducatives améliore le développement cognitif et non-cognitif de leurs enfants. L’intervention aura un cadre théorique (le pourquoi) puis des mises en pratique (le comment) : concrètement, comment réagir si l’enfant n’obéit pas, comment éviter les accidents domestiques, comment jouer avec lui etc. Les résultats mesurés concerneront donc en premier lieu l’évolution des connaissances, des aspirations et des attitudes des parents envers leurs filles et leurs fils de moins de 6 ans, mécanismes à travers lesquels un impact sur l’enfant est attendu. En outre, l’impact final du programme sur le développement cognitif et non cognitif des enfants sera évalué, avec une attention particulière pour les différences entre les garçons et les filles.

Enquêtes et méthodologie

La méthodologie principale serait celle d’une évaluation d’impact contrefactuelle et expérimentale (tirage au sort aléatoire des participants) impliquant une enquête auprès de 1 000 ménages. L’échantillon sera exhaustif des ménages avec des enfants de moins de 6 ans (3 000 enfants) de la municipalité rurale de Gajuri. Les mêmes ménages seraient interrogés avant et après la mise en œuvre du programme. La moitié des ménages serait sélectionnée de manière aléatoire pour participer aux sessions d’éducation parentale tandis que l’autre moitié constituerait un groupe témoin, ne bénéficiant pas de l’intervention évaluée.

Equipe de recherche

L’ équipe de recherche est composée des économistes Florence Arestoff, Olivia Bertelli et Elodie Djemaï (IRD) ainsi que des économistes Meenakshi Dahal (Kathmandu Univ.), Dirgha Ghimire et Uttam Sharma (ISER-N).

Téléchargez la plaquette d’information de l’évaluation

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search