REDGAS au Burkina Faso

Pour toutes les actualités sur l’évaluation REDGAS, cliquez ici !

Contexte

En 2017, un tiers de la population mondiale avait recours à des combustibles solides tels que le bois ou le charbon de bois pour cuire leurs aliments. L’emploi de ce type d’équipements de cuisson rudimentaires n’est pourtant pas sans conséquences sur la santé et le bien-être des personnes et des écosystèmes.

La transition vers des solutions de cuisson moins polluantes apparaît comme une priorité dans l’agenda des politiques d’aide au développement. Jusqu’à présent, l’effort international a en grande partie consisté à promouvoir l’emploi de réchauds améliorés qui, bien que plus efficaces, utilisent toujours des combustibles solides. Les impacts observés sur la santé et en termes socioéconomiques s’en sont révélés décevants. A contrario, les combustibles dits « propres », car n’émettant pas ou peu de particules fines, ont fait l’objet de moins d’attention de la part de la communauté internationale. Pourtant ces combustibles, et notamment le gaz de pétrole liquéfié (GPL), présentent des atouts dans la perspective de la réduction de l’exposition des populations humaine à la pollution de l’air, comme dans celle de la baisse de la pression exercée par les activités humaines sur les écosystèmes forestiers.

Dans ce contexte, l’ONG Entrepreneurs du Monde a créé Nafa Naana en 2012 pour rendre accessibles aux ménages burkinabés des équipements domestiques modernes et efficaces en énergie : lampes solaires, réchauds à gaz et foyers améliorés. L’objectif est d’améliorer les conditions de vie des bénéficiaires, de permettre la réduction de la pollution de l’air intérieur, des dépenses de combustibles, et de contribuer à la
lutte contre la déforestation et le réchauffement.

Le projet REDGAS (« Randomized Evaluation of the Demand for LPG Stoves and of the Associated Effects on Household Air Pollution, Greenhouse Gas Emissions and Well-Being in Burkina Faso »), est une expérimentation aléatoire (RCT) qui a pour objectif de contribuer à quantifier les impacts sanitaires, économiques et sociaux de l’accès au mode de cuisson au gaz pour les ménages des pays en développement.

Le protocole a également été enrichi avec de nouvelles questions de recherche relatives au CoViD-19, grâce à un financement complémentaire de l’ANRS sur ce nouveau volet. En effet, l’étude REDGAS et les données collectées lors de la baseline, juste avant l’apparition de l’épidémie au Burkina Faso, offrent l’opportunité d’étudier les déterminants de la transmission du CoViD-19 au Burkina Faso en s’intéressant plus particulièrement aux facteurs comportementaux et environnementaux qui favorisent la propagation de la maladie (connaissance de la maladie, adoption de gestes barrières, pollution de l’air).

Objectifs et questions de recherche

L’équipe de recherche évaluera les effets du crédit et de la subvention sur l’acquisition et l’emploi du réchaud GPL offerte aux ménages. Le projet générera également des mesures de l’impact de l’accès au gaz sur l’exposition aux polluants de l’air et sur un ensemble de variables socioéconomiques.


Les principales questions soulevées dans l’évaluation sont donc les suivantes : Quels sont les effets de (1) du crédit et (2) de la subvention sur l’adoption du gaz ? Quels sont les effets de l’adoption du gaz sur l’exposition individuelle à la pollution de l’air ? Quels sont les effets de l’exposition aux particules fines sur le risque de contracter la Covid-19 ?

Enquête et méthodologie

L’étude REDGAS mixe méthodes qualitatives et quantitatives. Le volet d’enquête qualitative explorera les motivations et barrières à l’adoption du gaz pour la cuisson. Sur le plan quantitatif, l’étude REDGAS est une évaluation randomisée auprès de 4400 individus appartenant à 820 ménages.

L’enquête baseline et la première phase de l’étude qualitative ont été réalisées fin 2019 – début 2020. Toutefois, la crise sanitaire a amené l’équipe à revoir son calendrier et son protocole d’étude, notamment à reporter l’intervention sur les foyers GPL à 2021 – 2022.

Les premiers résultats issus de l’enquête de situation de référence réalisée fin 2019 – début 2020 ont été présentés le 10 mars 2021 par l’équipe de recherche à un groupe de référence réunissant AFD (évaluation, opérations et chargés de projet OSC), Entrepreneurs du monde et des experts du secteur (Hystra, GERES).

L’équipe de recherche

Ce projet de recherche est est mis en œuvre par une équipe composée de 3 chercheurs (Elodie Djemaï, Philippe De Vreyer, Thomas Thivillon), en partenariat avec l’ONG Entrepreneurs du Monde et le Centre Muraz (centre de recherche en santé publique burkinabè).

Téléchargez la plaquette d’information de l’évaluation

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search